LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

jeudi 1 février 2018

« Un semeur de vent », l’éditorial de Maurice Ulrich dans l’Humanité de ce jour !


On se frotte les yeux en lisant l’une des contributions anticipant la réforme de l’enseignement supérieur. Elle est évoquée plus loin dans nos pages, mais en voici deux échantillons : »Comment faire passer la pilule de la hausse des droits d’inscription ? » ; Comment « Instaurer la sélection mine de rien » ? C’est vrai, c’est noir sur blanc comme cette autre phrase : » Un complément indispensable des réformes proposées ci-dessus est le liberté pour tous les établissements d’enseignement supérieur de sélectionner les étudiants. » On sait aussi bien que c’est un processus de sélection dès l’adolescence qu’implique la réforme annoncée du bac. On va nous expliquer que l’on a mal compris, que le gouvernement doit faire de la pédagogie. Sornettes.

Des milliers d’enseignants, d’agents, d’enseignants et de lycéens vont être dans la rue aujourd’hui. On ne sait si la macronisme a mangé le pain blanc de sa fausse innocence et de sa prétendue vertu, mais le ciel se charge. Prisons, maisons de retraite, universités et lycées…Ah oui, il paraît que la croissance repart avec 1,9% d’augmentation du PIB, le produit intérieur brut.


 Mais ce que ne mesure pas le PIB, c’est le malaise profond des surveillants, l’atteinte permanente à la dignité des détenus dans un des pays d’Europe où l’on emprisonne le plus, le nôtre. Ce que ne mesure pas le PIB, c’est ce que l’on a appelé cette semaine la maltraitance institutionnelle. À savoir que la situation faite à nos parents, à nos proches en état de faiblesse est souvent intolérable, faute de moyens et de temps. Ce que ne mesure pas le PIB, c’est la sous-représentation à l’université et plus encore dans les grandes écoles des enfants d’ouvriers, d’employés, d’agriculteurs, ce que la réforme annoncée se propose encore d’aggraver. L’année 2018 prolonge l’automne 2017 avec l’adoption de la loi travail, la baisse des APL, d’un côté, et, de l’autre, la suppression de l’ISF, le plafonnement de l’impôt sur le capital. Cette politique est inégalitaire, dure aux plus modestes, aux mal-logés, aux jeunes. Emmanuel Macron est un semeur de vent.

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO