LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

lundi 5 février 2018

EHPAD : les syndicats déterminés à obtenir satisfaction


lundi 5 février 2018
EHPAD : l’inter­syn­di­cale CGT, CFDT, FO, CFTC, UFAS, CFE-CGC, UNSA, SUD Soutenue par l’AD-PA, interpelle E. Macron, et lui donne jusqu’au 15 février pour ouvrir des négociations, faute de quoi elles appelleront de nouveau à la grève.
Communiqué du 1er février 2018 :
Partout en France, des dizai­nes de mil­liers de sala­riés, d’agents des mai­sons de retraite, d’EHPAD, de long séjour et de ser­vi­ces à domi­cile (équipes de SSIAD, etc.),ont répondu à l’appel à la grève natio­nale de l’inter­syn­di­cale et de l’AD-PA, sou­te­nues par de nom­breu­ses asso­cia­tions des famil­les, et de retrai­tés.
Un consen­sus aussi large ne s’était jamais vu !
Le mou­ve­ment de grève a été très suivi parce que les sala­riés n’en peu­vent plus : 31,8 % de per­son­nels gré­vis­tes et assi­gnés, selon les chif­fres offi­ciels de la DGCS. Tous les pro­fes­sion­nels quelle que soit leur caté­go­rie sont arri­vés à un point de rup­ture.
Ils n’accep­tent plus les condi­tions de prise en charge et d’accom­pa­gne­ment des rési­dents et de nos aînés à domi­cile, qu’ils qua­li­fient d’indi­gnes.
Il est temps que le gou­ver­ne­ment entende les reven­di­ca­tions. Elles sont clai­res :
- Application d’un agent ou un sala­rié par rési­dent, tel que prévu par le Plan Solidarité Grand Age de 2006 ;
- Abrogation des dis­po­si­tions légis­la­ti­ves rela­ti­ves à la réforme de la tari­fi­ca­tion des EHPAD, conte­nues dans la loi du 28 décem­bre 2015 ainsi que le retrait des décrets d’appli­ca­tion ;
- Arrêt des bais­ses de dota­tions indui­tes par la conver­gence tari­faire et exige par consé­quent le main­tien de tous les effec­tifs des EHPAD y com­pris les contrats aidés qui doi­vent être inté­grés et sécu­ri­sés ;
- Amélioration des rému­né­ra­tions des per­son­nels, des pers­pec­ti­ves pro­fes­sion­nel­les et des car­riè­res dans le cadre du statut et des Conventions Collectives Nationales.
Nous avons pris connais­sance de décla­ra­tions de Madame Buzyn qui visent à indi­vi­dua­li­ser, et à ren­voyer chaque établissement ou ser­vice à domi­cile à une évaluation. Celle-ci existe déjà. Elle indi­que :"L’objec­tif est l’aug­men­ta­tion des postes pour tendre pro­gres­si­ve­ment vers ce fameux ratio de un pour un, … que nous ne pou­vons attein­dre aujourd’hui pour des rai­sons struc­tu­rel­les et bud­gé­tai­res". C’est pour­tant la reven­di­ca­tion prio­ri­taire de tous les agents des EHPAD et des ser­vi­ces à domi­cile !
Après cette mobi­li­sa­tion excep­tion­nelle, une prise en compte poli­ti­que et finan­cière s’impose. Celle-ci impli­que l’ouver­ture de négo­cia­tions sur la base des reven­di­ca­tions por­tées par l’inter­syn­di­cale et les asso­cia­tions, avec, en préa­la­ble, l’aban­don des dis­po­si­tions de la réforme de la tari­fi­ca­tion bais­sant les dota­tions.
Il y a en France, 7 200 EHPAD et 10 000 ser­vi­ces à domi­cile, qui assu­rent l’accueil et l’accom­pa­gne­ment de 1,4 mil­lion de per­son­nes âgées. Ils emploient plus de 700.000 pro­fes­sion­nels. L’appli­ca­tion du ratio prévu par le plan soli­da­rité grand âge de 2006 ainsi que l’aug­men­ta­tion du temps passé à domi­cile néces­site la créa­tion de 300.000 postes !
L’enve­loppe de 50 mil­lions annon­cée la semaine der­nière, cor­res­pond à moins d’un tiers de poste par établissement et ne couvre pas la néces­saire aug­men­ta­tion du temps passé à domi­cile ! Le compte n’y est donc pas !
Nous nous tour­nons, une ultime fois vers le pré­si­dent de la République, pour qu’il réponde main­te­nant à nos reven­di­ca­tions, afin que les sup­pres­sions de postes lais­sent place aux recru­te­ments néces­sai­res afin d’amé­lio­rer des condi­tions de tra­vail et de prise en charge de nos aînés.
Nous reven­di­quons également la réé­va­lua­tion des salai­res afin de com­pen­ser nos condi­tions de tra­vail dif­fi­ci­les, (alter­nance postes de jour / poste d’après midi / poste de nuit, 3 à 2 wee­kends par mois et les jours fériés etc.).
Nous deman­dons que nos col­lè­gues sous contrat aidé soient embau­chés défi­ni­ti­ve­ment après for­ma­tion et inté­grés sous statut (ou en CDI dans le privé).
Faute d’une réponse favo­ra­ble à notre demande de rendez-vous afin d’ouvrir des négo­cia­tions avant le 15 février 2018, l’inter­syn­di­cale et les asso­cia­tions se ver­raient dans l’obli­ga­tion de pren­dre leurs res­pon­sa­bi­li­tés et appel­le­raient à la grève et à la mobi­li­sa­tion de tous les agents du sec­teur concerné, et les famil­les pour la satis­fac­tion des reven­di­ca­tions.
Les orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les appel­lent à réunir les per­son­nels dans les ser­vi­ces à domi­cile et les EHPAD pour mettre en œuvre cette orien­ta­tion,
Paris le 1er Février 2018 L’inter­syn­di­cale CGT, CFDT, FO, CFTC, UFAS, CFE-CGC, UNSA, SUD - Soutenue par l’AD-PA

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO