LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

jeudi 8 février 2018

" Des requins dans les piscines ", l’éditorial de Maurice Ulrich dans l’Humanité de ce jour !



La rigueur prêtée généralement à la Cour des comptes et à son rapport annuel, censé épingler les gaspillages et les dérèglements de tous ordres dans la gestion de l’argent public, peut carrément tourner à l’absurde. Au moins en apparence. Ainsi met-elle en cause cette année les piscines publique dont les recettes sont trop modérées « par l’exercice de missions de service public », soit donc l’accueil des associations, des clubs, des tarifs réduits, bien entendu l’accueil des scolaires. C’est clair. Le problème des piscines publiques, c’est qu’elles sont publiques, ce que l’on pourrait dire aussi, d’ailleurs, de l’école. On se demande un peu, tout de même, s’il faut attribuer ces lignes à un cynisme assumé ou à la naïveté satisfaite d’experts formatés par quelques décennies de pensée libérale.

Cette phrase à elle seule illustre les « fondamentaux » de la Cour des comptes. Quand bien même il lui arrive de signaler tel ou tel abus réel, de s’inquiéter d’une dérive financière sérieuse, le dogme, c’est la réduction constante de la dépense publique et l’impérieuse obligation de s’en tenir à la réduction à 3% du déficit exigée par Bruxelles. Ni la question de la progressivité de l’impôt ni celles de la fin de l’ISF ou du plafonnement de la taxation du capital n’entrent dans son champ d’analyse et de prescription. Car la Cour des comptes est bel et bien prescriptive.

Elle a évidemment l’oreille du président de la République et du gouvernement, qui voient dans cette caution « comptable » la justification de leur politique. Suppression des emplois aidés. Suppression de 120 000 postes de fonctionnaires…La privatisation de la SNCF, bientôt ouverte comme l’énergie l’est déjà à tous les appétits, en fait partie. Tout ce qui relève de l’action publique est pensé en termes de coût. Mais ce n’est pas le problème. Ces coûts pourraient être assumés par une réforme démocratique de la fiscalité. La réalité, c’est qu’il s’agit d’ouvrir de nouveaux espaces au capital. Il y a des requins dans les piscines.

Soyez le premier à commenter !

Enregistrer un commentaire

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO