LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

mardi 26 avril 2016

Plus le mensonge est gros...!


 Le Mouvement de la gauche citoyenne dont est membre madame la Maire se distingue par les contrevérités dont elle abreuve sa page facebook. Ainsi le groupe du Front de gauche aurait voté contre le pôle éducatif Gagarine. L’auteur de cet article que chacun(e) aura reconnu ne méconnaît pourtant pas qu’il s’agissait de la présentation d’un projet pour information et n’étant donc soumis à aucun vote.

Il n’est donc pas inutile de revenir sur les questions posées par l’élue du Front de gauche, restées malheureusement sans réponse.

L’école maternelle va être détruite cet été. Il est prévu que les enfants soient accueillis à l’école Cachin. Est-il interdit de s’interroger sur l’inquiétude des parents que cette décision peut susciter ? Pendant toute la période des travaux la crèche devrait continuer d’accueillir les bébés. Est-il déplacé de s’interroger sur  les nuisances sonores et environnementales occasionnées par cette destruction ? N’est-il par normal de demander si les personnels de la crèche départementale ont été associés à la définition du projet ?

Nous renvoyons donc l’auteur de cet article à ses propos : « En effet, triste, posture politique ! Triste pratique politique !

Par ailleurs, l’article évoque une décision prise par le Conseil territorial d’Est Ensemble concernant la taxe d’enlèvement des ordures ménagères. Il est écrit : « Il faut reconnaître que dans plusieurs villes d’Est-Ensemble, notamment Romainville, depuis des décennies le coût de la collecte que les contribuables paient est le coût réel…Car tout de même l’objectif de diminuer le coût de celle-ci par l’augmentation du tri à la source et par la valorisation des déchets est un objectif partagé par tous, y compris les communistes, et devrait donc logiquement faire baisser la taxe des ordures à moyen terme ».

Nous allons rafraîchir la mémoire défaillante de l’auteur de ce billet. Depuis 2005, les locataires de Romainville Habitat paient deux fois la taxe des ordures ménagères. Celle qui était comprise dans le loyer, à l’époque où elle était intégrée au foncier bâti, et la nouvelle ligne apparue sur leur quittance au 1er janvier 2005. En avril 2004, dans son éditorial du magazine municipal, madame la Maire promettait que la création de la taxe d’enlèvement  des ordures ménagères se traduirait par une baisse des loyers. En fait cette décision s’est traduite pour une famille habitant un F3 à la cité de l’amitié par une augmentation annuelle de 32% et de 28% pour celle résidant dans un F4 à Parat ou Thorez. Depuis cette date les locataires n’ont vu que des augmentations, y compris l’an dernier pour ceux qui ont la « chance » de bénéficier de la collecte par aspiration.


Quant à l’augmentation du tri à la source qui demeure un objectif majeur, dans les cités bénéficiant de la collecte par aspiration, un constat s’impose, celui-ci a régressé comme nous étions nombreux à la craindre. Telle est la réalité !

vendredi 15 avril 2016

Conseil municipal du 13 avril : Intervention de Brigitte Moranne sur le Contrat Local de Sécurité et de Prévoyance de la Délinquance



Monsieur le Maire Adjoint,  Philippe GUGLIELMI

Aujourd’hui, vous nous demandez de voter la mise en place du contrat local de sécurité et de prévention de la délinquance.
Mais nous sommes sur le temps de la réponse politique et nous avons besoin de savoir qu’est-ce-qui dans le présent fait sens ?
Quel est le dénominateur commun pour lutter contre toutes les sortes de violences, de barbaries, et d’obscurantisme, toutes les formes de délinquance dans notre société ?

La lutte contre toutes les formes de violence ne pourra triompher que dans un projet de société qui place l’émancipation humaine au cœur de ses choix, avec plus d’éducation, plus de prévention, plus de culture, plus de dialogue et de compréhension mutuelle, plus d’associations et de travail en commun.
La réponse est du côté des progressistes qui croient en l’avenir de l’humanité et de sa jeunesse. Les causes de la violence ne se règlent pas en brandissant le retour de la morale et de l’autorité.

De même, nous ne croyons pas à la solution miracle de la vidéo surveillance.
La violence de notre société est la première cause de délinquance. Nous devons d’abord nous attaquer aux racines du mal : le chômage, les inégalités et injustices, la dégradation du cadre de vie, la dureté des relations de travail, l’échec scolaire ou encore les discriminations. Lutter contre la violence, c’est d’abord construire une société qui crée de la solidarité par des réponses immédiates en termes d’emploi, de justice sociale et de qualité de l’éducation.

Cela implique une autre politique basée sur une juste répartition des richesses et des moyens accrus pour les services publics de proximité.
S’assurer d’une présence quotidienne et pérenne de la police nationale, de magistrats d’enseignants, d’éducateurs, d’animateurs socio culturels et bien au-delà, tous ceux qui favorisent le lien social et les valeurs éducatives et par leur implication citoyenne et leur engagement associatif.

Lutter contre la violence, c’est aussi construire l’égalité et cela implique une intervention inédite et ferme de l’état contre la criminalité financière et économique telle que la fraude et l’évasion fiscale.
Cela implique une autre organisation du temps, où l’on accorde plus de temps libre pour sa famille, pour la vie associative et citoyenne à l’inverse de la remise en cause de l’application des 35 heures de travail hebdomadaire et de la loi sur le travail dominical.

La priorité est de lancer un plan d’urgence pour les jeunes majeurs  un certain nombre d’entre eux sont dans la plus grande précarité dès leur passage à la majorité. Aujourd’hui les jeunes sont inquiets pour leur avenir.
Ils ont perçu le choc d’insécurité qui les menace avec la loi El Khomri.
Lutter contre la violence c’est lutter contre l’exclusion et pour le droit au logement c’est aussi interdire les expulsions locatives.

Après la fin de la trêve du 31 mars, onze communes ont pris un arrêté commun pour interdire ces expulsions.
A l’initiative du maire de Stains, le texte s’appuie sur le non-respect d’accords internationaux par la France.
« Il faut savoir que la France a signé le pacte des nations unies qui prévoit dans son article 11 l’obligation du droit au logement ces expulsions touchent dans 99% des cas des personnes qui se retrouvent en très grande difficulté et se font dans une extrême violence


Notre groupe s’abstient sur la mise en place de ce CLSPD

Conseil municipal du 13 avril : intervention de Brigitte Moranne sur le pôle éducatif Gagarine





CONSEIL MUNICIPAL DU 13 AVRIL
INTERVENTION DE BRIGITTE MORANNE-GROUPE FRONT DE GAUCHE ROMAINVILLE ENSEMBLE
Pôle éducatif Gagarine.

Vous nous présentez aujourd’hui le pôle éducatif Gagarine, projet dont la réflexion et le choix du maître d’œuvre ont démarré bien avant la mise en place des conseils citoyens et donc non conformément au cadre réglementaire de Février 2014 puisque ce pôle se construit dans le cadre de l’ANRU.

Il comprend un groupe scolaire maternelle et élémentaire de 22 classes ainsi qu’une crèche de 70 berceaux.
L’école maternelle sera détruite durant l’été 2016 et sera reconstruite de manière à être opérationnelle à la rentrée scolaire de 2017.

En Mars 2016, les parents d’élèves ont été invités à une réunion d’information.
Lors de cette réunion, ou le projet leur a été présenté il leur a été annoncé la destruction de l’école durant l’été ainsi que l’affectation de leurs enfants sur l’école Cachin.
Comprenez l’inquiétude que cette annonce a pu générer chez les parents.
Quant à la crèche, sa destruction est prévue en 2018.

Cela signifie qu’elle continuera d’accueillir des bébés et des enfants pendant toute la période des travaux.
Sachant que la situation des crèches départementales sur Romainville est compliquée :
-La crèche PARAT accueillera des enfants d’une crèche départementale de Noisy le Sec en travaux.
-La crèche Gagarine continue d’accueillir des enfants de la crèche Floréal toujours en travaux.
Nous pouvons nous poser des questions sur les conditions d’accueil des enfants à Gagarine.

Quelles mesures seront prises contre les nuisances sonores et environnementales occasionnées par ces travaux de destruction et de construction ?
Nous savons que ce type de chantier génère beaucoup de poussières, les enfants vont-t-ils pouvoir sortir dans le jardin ? Les fenêtres de la crèche vont-t-elles pouvoir être ouvertes ?

Si les personnels sont satisfaits d’intégrer une nouvelle crèche, il n’en demeure pas moins que cette crèche n’est pas le projet initial qu’ils avaient construit à leur image.
Pour rappel, la construction d’une nouvelle crèche avait été décidée par le conseil départemental en 2014.

Le personnel de la crèche travaillait à ce projet avec l’architecte du département depuis plusieurs mois, or à la rentrée 2014 et du jour au lendemain, tout s’est arrêté puisque dans le cadre de l’ANRU un pôle éducatif allait voir le jour.
Je tenais à signaler que le document datant de septembre 2015 n’est plus d’actualité puisque les réunions de projet avec le personnel du département ont permis de faire évoluer certains points.
Plusieurs questions se posent :

Des places de stationnement sont-t-elles prévues ?
22 classes, une crèche de 70 berceaux, cela implique un effectif en personnel conséquent. Certains seront contraints d'utiliser leur véhicule.

Revenons sur le nombre de berceaux de la crèche, l’augmentation de 10 berceaux est une bonne chose, mais avons-nous la garantie de créations de postes par le département pour les ouvrir.
10 berceaux supplémentaires impliquent la création de 6 postes :
un poste de cuisinier puisque à partir de 65 berceaux,  il est réglementaire d’avoir 2 cuisiniers
3 postes d’auxiliaires de puériculture
1 poste d’éducateur de jeunes enfants car au-delà de 60 berceaux, il faut 3 Educateurs de Jeunes Enfants.

Malheureusement, comme la plupart des projets celui-ci ne fait pas exception à la règle,.

Encore une fois la concertation n’a pas été au Rendez-vous.

mardi 12 avril 2016

François HOLLANDE à Romainville : Une opération de communication !



Romainville a donc eu l’honneur de recevoir le Président de la République. Mais pourquoi faire, si ce n’est pour arranger une opération de communication dans la perspective de 2017. Rien que nous ne sachions déjà à propos de la politique du gouvernement en matière de logement. Madame la Maire était aux anges, lorsque celui-ci l’a félicité de faire partie des « Maires bâtisseurs ».

François Hollande ne savait sans doute pas où il mettait les pieds en choisissant notre ville pour son expédition publicitaire. Il venait dans une des plus grandes agences immobilières. Là où les Bouygues, Fiminco, Nexity et quelques autres imposent leur loi. Pour répondre à leurs exigences, ce sont eux qui dictent à la municipalité les modifications successives du  Plan Local d’Urbanisme.

Les espaces publics disparaissent les uns après les autres pour laisser place à un bétonnage hors du commun. Tout cela sans ligne directrice, sans vrai projet architectural. Un seul objectif guide les choix de la majorité municipale : Parvenir le plus vite possible aux 30.000 habitants et tant pis pour l’environnement et le cadre de vie des habitants.

Le quartier Cachin et la place du marché vont se trouvés défigurés sous le béton. Il en est de même dans les quartiers des Bas Pays... et ailleurs. La palme reviendra à Madame Emmanuelle COSSE, qui faisait aussi partie de la balade présidentielle. Elle a visité le chantier qui borde l’autoroute A3, là où va aussi sortir de terre une tour de 11 étages. La fibre écologiste de madame la ministre n’aurait du faire qu’un tour en songeant à ces centaines de logements construits en bordure d’autoroute. En matière d’environnement et de lutte contre le bruit, il y avait sans doute mieux à faire. À moins que les futurs résidents se voient contraints de vivre « les fenêtres fermées ». On se croirait revenus plus d’un demi-siècle en arrière !

On aura donc parlé « immobilier » « tous propriétaires » ! Dommage que l’on n’ai pas évoqué avec monsieur le Président de la République les 20% de chômeurs que compte notre ville. Les 40% de jeunes de 18 à 25 ans privés d’emploi dans le quartier des Bas Pays ou dans la cité Marcel Cachin.

Il est un autre sujet qui ne manque pas de poser problème. Toutes ces opérations immobilières ne sont pas pensées en rapport avec les services publics nécessaires. Crèches, écoles maternelles et primaires, équipements sportifs et culturels. Rien n’est dit officiellement par la majorité municipale sur le sujet. Il faut aller sur le site du groupe dont fait partie madame VALLS pour découvrir qu’on y évoque « une réflexion sur l’extension des groupes scolaires des Bas Pays et du centre ville…ou d’un nouveau gymnase allée Bellevue ». Il serait temps d’y penser !

Certes,  sont décidés l’agrandissement de l’école Marcel Cachin, le lancement du pôle enfant pour le quartier Gagarine et la réfection de la crèche Floréal. Mais nous sommes « dans la peu près ». Au bout du compte nous ne compterons que 10 berceaux supplémentaires lorsque la crèche Gagarine sortira de terre. Le déficit ne fera donc que s’aggraver. Tout cela parce que le « projet de ville » dont on nous rebat les oreilles se résume aux opérations des promoteurs immobiliers.


Nous pourrions aussi s’agissant des services publics, parler des fermetures successives de la sécurité sociale, de la perception, de l’agence pour l’emploi. Tout cela est passé pour la majorité municipale comme une lettre à la poste. Un entrefilet dans le magazine d’informations municipales et fermez le ban ! Il est vrai qu’en ce domaine il aurait fallu remettre en cause la politique du gouvernement sur la réduction de toutes les dépenses publiques. Alors pas question de chagriner messieurs HOLLANDE, VALLS et MACRON. Tant pis pour les contribuables et les personnes privées d’emploi qui devront se rendre à Noisy-le-Sec. Pour les assurés sociaux c’est aux Lilas. Mais pour combien de temps ? 

mercredi 6 avril 2016

Pétition our la mise en place d'un moratoire sur l'environnement urbain

Nous publions le texte de la pétition que nous ont fait parvenir ces trois associations !

Romainville 2016

PETITION POUR LA MISE EN PLACE D’UN MORATOIRE SUR LE DEVELOPPEMENT URBAIN DE ROMAINVILLE

Situé à deux kilomètres de Paris, sur un plateau surplombant le nord-est parisien, au bord de « la Corniche des Forts », la ville de Romainville subit aujourd’hui un développement à marche forcée. La consultation citoyenne est réduite à la tenue de simples réunions d’information, une fois les décisions prises. Les risques avérés, qu’il s’agisse des mouvements dus à la nature argileuse des sols, à la perméabilité de la roche, à la situation topographique de la ville mais aussi à la pollution des  sous-sols  sont éludés par la Ville.

Toujours plus de densité …

Les promoteurs de toutes sortes sont présents, le Plan Local d’Urbanisme est modifié à chaque nécessité et les projets immobiliers fleurissent. La cité Cachin se voit de nouveau enfermée. La cité Gagarine va être encore densifiée. Quelles seront les conséquences à long terme sur la vie de ces quartiers et de la ville ?

… pour quelle qualité de ville ?

Les jardins privés, le bois unique en Île-de-France, et d'une manière générale la nature qu'ils abritent qui sont l’une des richesses de la ville, s’amenuisent au mépris de la qualité de vie, du végétal et de la nature. Le patrimoine bâti disparaît parfois même sans que l’avis de l’Architecte des Bâtiments de France ne soit demandé ou suivi. Les espaces publics sont réduits. Au total, on prévoit 20% d’habitants en plus sur quelques années, sans infrastructures ni lieux de vie suffisants.

Pourquoi ?

Pourquoi la Ville de Romainville donne-t-elle la priorité aux promoteurs aux dépens d’une réflexion de fond sur les problèmes de circulation, de santé publique, de pollution, de qualité architecturale, etc. ? Pourquoi n’y a-t-il pas de vision d’ensemble (architecturale, économique et sociale) pour une ville qui a pourtant des atouts réels pour se densifier intelligemment et offrir un environnement urbain et naturel de qualité aux romainvillois et Franciliens ?

Aujourd'hui les associations de riverains, indépendantes de tous partis politiques, demandent des réponses à ces questions ; un moratoire sur les permis de construire à venir ou en cours d’étude avec la mise en place d’un comité de copilotage composé d’experts, des associations et de citoyens indépendants.






Prénom
Nom
Adresse
Signature
















































































Quel futur pour les des Bas - Pays : Enquête lancée par les communistees du quartier !


NE LAISSONS 

PAS FAIRE !

JOURNAL EDITE PAR LES COMMUNISTES DU QUARTIER - AVRIL 2016 -
_______________________________________________________

NOTRE QUARTIER DES BAS-PAYS VA SE TRANSFORMER… COMMENT ?
QUEL FUTUR LUI EST-IL RESERVE ?
AFIN QUE CHAQUE FAMILLE SOIT CONCERNEE
DONNEZ VOTRE OPINION EN REPONDANT A CETTE ENQUÊTE !

La transformation d’un quartier ne peut se faire sans l’avis du maximum de ses habitants, d’autant moins lorsqu’il manque tant de commerces et d’aménagements dans les Bas-Pays. Les communistes de votre quartier vous proposent de répondre à cette enquête afin que chaque citoyen ou famille exprime ses suggestions dans l’objectif commun d’y vivre mieux en demandant à la Municipalité d’en tenir compte.
Sans votre avis, le Maire de Romainville transformera « notre ville qui est aussi village » en appendice du « grand Paris ». De 25 000 habitants, son objectif est de parvenir à 30 000 !
De nouveaux immeubles en accession à la propriété se construisent partout dans la ville, alors qu’il y a une insuffisance criante de logements sociaux. Les moindres espaces sont vendus au privé pour assurer la venue de 5 à 6 000 nouveaux habitants.
Depuis 2001, combien d’anciennes réalisations ont été rasées, combien de salles prêtées ou louées aux associations ainsi qu’aux familles soit pour des réunions, soit pour des fêtes familiales ont été démolies ?
Ainsi notre ville est entrée dans l’air de la course à l’argent sous impulsion des gouvernements de droite et  socialiste  qui mènent une politique contraire aux intérêts du  pays. Cette politique conduit à la réduction drastique des subventions aux collectivités locales.
700 à 800 logements dont seulement 20 % de sociaux, vont être construits dans la « ZAC de l’horloge », en lieu et place des entreprises CGEA, Roussel-Uclaf-Sanofi et près de 300 logements à la limite de Romainville- Noisy-le-Sec sur l’Avenue Gaston-Roussel.
Si nous souhaitons une rénovation urbaine, il appartient à la population actuelle des Bas-Pays d’exprimer très haut ce qu’elle attend des futurs aménagements qui devraient améliorer sa vie quotidienne sur  l’ensemble du quartier !
Il devrait en être ainsi de l’implantation de services publics par exemple une poste, un groupe scolaire, une aire de jeux, des commerces de proximité, d’une recherche d’implantation de nouvelles entreprises, d’une liaison plus régulière entre le bas et le haut de Romainville ; dans cette attente, une desserte gratuite spécifique pour les personnes âgées se rendant au marché les  mardi, vendredi et dimanche devrait être instaurée.
Alors que le gouvernement sous prétexte de rembourser « la dette »  asphyxie les communes. Ainsi, les services publics qui n’ont jamais été autant utiles pour répondre aux besoins des populations sont rendus exsangues.
Dans les Bas-Pays, quelles devraient-être les nouvelles structures publiques adéquates à l’ensemble du quartier, qui actuellement ne sont pas encore déterminées ?
 Exprimez vos souhaits  dans l’enquête ci-après…

DONNEZ VOTRE AVIS !

LE NOUVEAU QUARTIER SE CONSTRUIT :
QUELS  SONT LES AMENAGEMENTS QUE VOUS CONSIDEREZ COMME URGENTS POUR L’ENSEMBLE DU BAS-PAYS ?

La création de ces nouvelles constructions devrait-être le prolongement du cœur des Bas-Pays, tant côté Noisy-le-Sec que côté Pantin ; les nouveaux aménagements doivent être pensés pour servir l’ensemble de la population. Il en est ainsi des futurs services publics comme de toutes les activités commerciales et autres d’utilisation pour tous…

Donnez votre avis sur les choix d’aménagements prioritaires que vous attendez :

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NOM (facultatif)                          ADRESSE                                                      SIGNATURE



Veuillez remettre cette enquête aux militants du PCF- Front-de-Gauche que vous connaissez ou l’envoyer à la section du PCF  4 rue Abbé-Bourbon Romainville 9323 Romainville

Si vous souhaitez vous exprimer plus largement, cette place vous appartient :


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

samedi 2 avril 2016

Lettre ouverte du collectif associatif à madame la Maire à propos du développement urbain !

Nous publions la lettre ouverte adressée à Madame la Maire de Romainville concernant le développement urbain que nous a communiquée le collectif associatif  !








  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO