LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

vendredi 27 mars 2015

Lettre ouverte de monsieur Robert Clément à madame Corinne Valls, Maire de Romainville !


NOUS PUBLIONS LA LETTRE OUVERTE ADRESSEE CE JOUR PAR MONSIEUR ROBERT CLEMENT A MADAME CORINNE VALLS, MAIRE DE ROMAINVILLE

Romainville le 26 mars 2015
Lettre ouverte de Monsieur Robert Clément
À Madame Corinne VALLS, Maire de Romainville
Madame la Maire,
"Je viens de prendre connaissance de l’intervention que vous avez prononcée lors du dernier Conseil municipal. Comme vous, je mesure l’extrême gravité d’une situation où le Front national s’installe à un haut niveau dans notre pays, et à un échelon moindre dans notre ville. Dimanche prochain le rassemblement le plus large s’impose afin que les idées de la division, de la haine, de la régression, du racisme et de l’antisémitisme ne contaminent pas une part importante du champ politique. Tout doit être fait pour empêcher l’élection de conseillers départementaux d’extrême droite.
Dans votre intervention, vous dénoncez, à juste titre, le « ni-ni » de SARKOZY qui préfère peut-être remettre au goût du jour le slogan de la haute bourgeoisie, qui dans les heures sombres de notre histoire, criait « Plutôt Hitler que le Front populaire ». Ce même SARKOZY qui prenant quelques libertés avec l’histoire s’était dit « l’héritier de Jaurès quand il parle à la jeunesse » ou celui de Léon BLUM parce qu’il « voit l’enfant qui en 1936, grâce aux congés payés, jette sur la mer son premier regard émerveillé et entend prononcer pour la première fois le mot ‘vacances’ ». Sans compter son OPA sur la mémoire du communiste Guy MÔQUET, emblème de la résistance qui s’apparentait à une véritable « instrumentalisation de l’histoire ».
Par ailleurs, sans doute, pour évoquer le nécessaire « front républicain » vous citez mon nom, pour rappeler je vous cite : « Lorsque dans cette ville, Robert Clément s’est trouvé face à un candidat FN, Marcel TRASI, tête de liste RPR, a appelé à voter pour Robert Clément ».
Vous savez comme moi combien il est important de respecter la vérité des faits. L’histoire a en effet pour mission de rappeler « les choses telles qu’elles se sont passées ». Je suis donc au regret de vous dire que les choses que vous énoncez ne « se sont pas passées ainsi » et que votre « rappel historique » est donc erroné.
Je me suis trouvé face au Front national  dans deux cas de figure. En 1992 et en 1998. En 1992, j’ai, dans une triangulaire affronté deux candidats. Monsieur BOYER du FN et le candidat du RPR, Monsieur TRASI, qui s’était maintenu au second tour. En 1998, le candidat du Front national était monsieur BARIAL et la candidate du RPR était madame BARÉA, qui d’ailleurs ne pouvait se maintenir, n’ayant pas obtenu 10% des électeurs inscrits. Cependant, l’honnêteté me conduit à dire que la candidate du RPR a appelé à battre le candidat du FN. Tels sont les faits et j’estime pour ma part qu’il convient d’être intransigeant avec la vérité surtout lorsque sont à notre disposition les sources et les preuves le permettant.
Évidemment, ce rappel de faits qui font partie de l’histoire de notre ville, ne me conduit nullement à douter de l’opposition de monsieur TRASI, aujourd’hui membre de votre majorité municipale, aux idées du Front national et de son attachement aux valeurs républicaines.
Certain, que vous saurez trouver les formes qui conviennent pour corriger votre propos infondé au regard des résultats électoraux auxquels vous faisiez allusion, je vous prie de croire, Madame la Maire, à l’expression de ma considération distinguée".

                                                                                                      Robert Clément
Pièces jointes :

Résultats des élections cantonales de 1992 et 1998 (1er et 2ème tour)



Romainville


 1er tour    2ème tour

11 872

11 872


6 227
52,45 %
5 925
49,91 %

6 096
51,35 %
5 604
47,20 %

Nb de voix
% de voix


CLEMENT (PC)
2 910
47,74 %
4 141
73,89 %
BARIAL (FN)
1 206
19,78 %
1 463
26,11 %
LOTTI (PS)
790
12,96 %


CUKIER (Verts)
389
6,38 %


BAREA (RPR)
801
13,14 %





mardi 24 mars 2015

Elections départementales : remerciements de Sofia Dauvergne

REMERCIEMENTS

Je tiens à remercier chaleureusement les 1.106 électrices et électeurs de notre ville qui ont apporté leurs suffrages au binôme que je formais avec Laurent Jamet.

Ainsi, le Front de Gauche s’affirme à Romainville comme la seconde force politique, devant la droite et l’extrême-droite que nous avons combattues durant la campagne, contribuant ainsi à leur élimination pour le second tour.

En toute responsabilité, nous inscrivant pleinement dans la déclaration commune du PS-PC-EELV- PRG-MGC, nous avons décidé de nous retirer pour le second tour du 29 mars, laissant ainsi Daniel Guiraud et Corinne Valls seuls candidats à être présents pour le scrutin de dimanche prochain.
Notre décision est dictée par un objectif primordial pour les populations de nos villes : celui de créer toutes les conditions pour que se maintienne une majorité de gauche à la tête de notre département.

Forts de ces résultats, avec le Parti Communiste Français et les autres forces que compte le Front de Gauche, je continuerai d’agir et de rassembler pour résister aux politiques d’austérité, développer les luttes et les solidarités concrètes et contribuer à la construction d’une perspective de changement populaire authentiquement à gauche.


Sofia DAUVERGNE
Conseillère Municipale de Romainville
Conseillère Communautaire d' Est-Ensemble.


PS: Je vous 'invite à nous retrouver autour d'un verre de l'amitié.
le Dimanche 29 Mars à partir de 11H30  Salle Husson/République? 
pour s'entretenir avec vous de ces élections départementales et de notre Avenir à Tous.

lundi 23 mars 2015

Elections départementales : déclaration de Pierre Lauent

Départementales 2015 - Déclaration de Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français

Le premier tour des élections départementales, malgré une participation en hausse de 6,5 points par rapport à 2011, reste marqué par  une grève massive des urnes avec plus de 48,5 % d'abstentions. La défiance s'ancre plus que jamais. 

Les résultats des suffrages exprimés connus à cette heure confirment le risque  d'un basculement massif des départements, annoncent une large victoire de la droite et de l'extrême droite, avec un niveau très élevé du Front national et un recul massif du total des voix de la gauche. Ce soir, la situation des forces de gauche en France est plus que critique. Dans de nombreux départements traditionnellement ancrés à gauche, les résultats ne laissent aucun doute quant à la profondeur de la crise politique. Le Parti socialiste recule nettement et la gauche ne sera pas présente au second tour dans de nombreux cantons.
Ce soir, j'entends, nous entendons la colère, l'indignation, le dégoût qu'expriment ce vote comme cette abstention massive. Indignation et colère de toutes celles et ceux qui n'arrivent plus à vivre dignement, qui ont le sentiment quotidien d'être pris pour des imbéciles, qui voient les renoncements vis à vis des pouvoirs de la finance, des actionnaires du CAC 40, des oukases de l'Union européenne, les sacrifices qu'on leur demande au nom de l'austérité sans autre résultat que la montée du chômage et de la pauvreté, et qui, désarçonnés, ne savent plus dans quelle direction est l'espoir.
La confirmation de la percée du Front national est autant la conséquence de ce désarroi, de ce ras-le-bol généralisé que celle d'un long processus de banalisation de ses idées. Jamais avant un scrutin le FN n'avait été autant placé au centre du débat politique et médiatique. La droite et plus particulièrement Nicolas Sarkozy en ont été de fervents artisans, n'hésitant pas encore  à quelques jours du scrutin à reprendre à leur compte des propositions du parti d'extrême droite.  Mais, au-delà, tous ceux, médias et responsables politiques, qui favorisent cette banalisation et le danger qu'elle fait courir à la démocratie sont face à leurs responsabilités.
Dans ce contexte, le Parti communiste avec le Front de gauche résistent. Les résultats des candidats du nouveau rassemblement avec d'autres forces de gauche et écologistes qui s'est dessiné à l'occasion de ces élections nous encouragent dans la perspective de la construction d'une alternative politique  plus que jamais nécessaire au vu des résultats de ce soir. Toutefois, ses scores restent encore insuffisants et ne sont pas à l'évidence à la hauteur de la gravité de la situation et de la désespérance parmi la population. 
Devant cette situation, j'appelle à une prise de conscience sans faux fuyant. Après les municipales et les européennes, le message envoyé par les Françaises et les Français est une nouvelle sanction claire et sans appel de la politique conduite depuis 2012. Restera-t-il une nouvelle fois sans réponse ? Entendre ce message des urnes, c'est changer de politique et sans attendre continuer d'agir et de rassembler pour cela.
J'appelle à réagir avec force, d'abord dimanche prochain, lors du second tour, en ne laissant pas la catastrophe s'amplifier, en ne lâchant aucune nouvelle position à la droite et à l'extrême droite, en se donnant des point d'appuis pour l'avenir.
Pas une voix ne doit manquer  aux candidats présentés  par le Front de gauche, le PCF et souvent d'autres forces de gauche et écologistes, en lice au second tour. Ils deviennent, je n’en doute pas, les candidats du rassemblement face à l'extrême droite ou à la droite. Chaque élu PCF et FDG sera un point d’appui pour résister aux politiques d’austérité, développer les luttes et les solidarités concrètes, et pour bâtir une perspective de changement populaire authentiquement de gauche.
Dans les autres cas où les candidats présentés par le Parti socialiste, EELV ou d’autres composantes de la gauche sont au second tour, j'appelle au rassemblement de toutes et tous face à la droite ou à l'extrême droite. La conquête de cantons et de départements au 2e tour par la droite et l’extrême droite ne peut qu’aggraver durement les conditions de vie déjà difficiles des populations. Leur objectif commun est d’aller encore plus loin dans l’austérité, la régression des protections sociales, la concurrence de tous contre tous, la réduction des dépenses et de l’emploi publics, la privatisation des services publics, la déconstruction des politiques de solidarité mises en place à l'échelle départementale par des majorités de gauche. 
Dans les cantons où la gauche n'a pas réussi à accéder au second tour, j'en appelle à la responsabilité de chaque électeur. Par le bulletin de vote, nous avons le pouvoir de stopper la montée en puissance du FN et de déjouer le scénario du pire qui se dessine pour notre pays. Ce n'est plus une affaire de canton, ou de candidat plus ou moins pire qu'un autre. C'est une affaire nationale. Il est de notre devoir de femmes et d'hommes de gauche de tout faire pour empêcher  la victoire de candidats du Front national dont le caractère haineux et raciste a clairement été démontré au cours de la campagne. Leur élection constituerait un obstacle majeur supplémentaire à toute alternative  progressiste dans notre pays.
Enfin, et au-delà des résultats de ce soir, j'appelle à la construction d'une gauche nouvelle. Tous les efforts déjà engagés pour construire une autre voie à gauche doivent être amplifiés. Toutes les forces populaires et citoyennes du pays sont concernées. Toutes les forces de gauche sont interpellées. Personne ne peut dire, c'est les autres.   L'heure est maintenant à la décision, à l'action, au sursaut, à la construction patiente et déterminée de la seule issue possible : la construction d'une politique et d'une majorité alternative, citoyenne et populaire à gauche, pour sortir de l'austérité et pour un projet social, solidaire et écologique. La politique du gouvernement, notre système économique et institutionnel sont à bout de souffle. La démocratie est menacée. Il y a urgence.  Le changement est inéluctable. Nous sommes plus que jamais décidés à y travailler.
Je vous remercie.
Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français
Paris, le dimanche 22 mars 2015.


jeudi 19 mars 2015

L'action sociale à Romainville ????

   
                       

En complément des écrits de François André, nous tenons à préciser que ce cadeau coûtera tout de même 340 euros pour les personnes non imposables et 520 pour les personnes imposables. cela méritait d'être précisé !!!!!

       Hier, mardi 17 Mars, dans mon courrier, je découvrais à mon nom, une lettre de la mairie de Romainville. Tiens, que me veulent-ils : un morceau de mon terrain pour créer une sortie de métro ou encore une station pour que le tram reprenne son souffle après qu’il se soit tapé « la vierge », un moyen Ségur, face à mon pavillon ?...
      Non, je suis toujours de mauvaise foi. C’est qu’avec nos élus, il faut être en permanence sur ses gardes. Cette fois, c’est une invitation à partir en vacances.
      Ah oui ! La retraite acquise, j’avais pris l’initiative de m’inscrire avec les « vieux » pour connaître les activités proposées au troisième âge. Bien que n’ayant jamais participé à quoi que ce soit dans ce cadre, je suis toujours sur la liste de ceux que Madame le Maire caresse dans le sens du poil, dans l’espoir que ceux-ci  mettent « le bon bulletin dans l’urne ».
     Le courrier est signé de Marie-Jeanne Calsat Maire- adjointe à la Solidarité, à la Voirie et au Cadre de vie. Ça doit donner du boulot un poste pareil ! A- t-on le temps de s’occuper correctement à la fois des trous dans les trottoirs, de l’entretien des espaces de vie et de faire du social ? Cela justifie bien que l’on prenne un peu de retard sur certains points.
      Du retard OUI ! Car, de quoi s’agit-il ?
      BRAVO, VOUS AVEZ GAGNE UN SEJOUR A L’ILE de RE.  Inscrivez-vous vite, le nombre de places est limité, (ceci n’est pas spécifié mais comment serait-ce possible autrement ? ». Voyez les conditions. Une fois de plus, ma mauvaise foi prend le dessus. «  Ce séjour s’adresse … aux séniors qui en sont exclus (il s’agit des vacances) pour des raisons économiques, psychologiques, sociales……… ». C’est formidable, le mot SOCIAL est écrit. OUI on fait du SOCIAL à Romainville, preuve en est.
     Tout de même, c’est curieux, il faut s’inscrire avant le 26 Mars, pour un séjour début Juin, ça fait précipitation ! Ce doit être dû au « surbookage » du secteur dirigé par Madame Calsat.
      Mais au fait, le premier tour des élections départementales, ce ne serait pas dimanche prochain le : 22 ? Comme c’est curieux, le courrier est daté du : 5 Février et la date de la poste est 13 Mars, ce n’est donc pas elle qui a trainé. On n’a même pas pris le temps de changer la date !...
     J’avais compris depuis un moment que nos élus majoritaires nous prenaient pour des imbéciles, mais pas à ce point.
    Votez les yeux fermés pour C. VALLS , vous pouvez sans retenue lui accorder toute votre confiance. Mais surtout, n’opérez pas le moindre clignement d’un œil,  la réalité vous apparaîtrait trop clairement.

François   ANDRE            

Mars2015           


PJ : courrier de Madame Calsat     


                                                                          

mardi 17 mars 2015

Rassemblement ce midi pour la défense du CHI André Grégoire avec Pierre Laurent



NOTRE SANTE EN DANGER : REFUSONS L'AUSTERITE

USAGERS/PROFESSIONNELS DE SANTE/ ELU-E-S DEFENDONS LA ENSEMBLE

Réflexions de François André sur la politique de l'habitat à Romainville



REFLEXIONS CONCERNANT LA POLITIQUE DE L’HABITAT VOULUE PAR NOTRE MAIRE DE ROMAINVILLE.

       Notre ville bouge, grâce à l’opportunité de l’arrivée à court terme du métro.  Les projets ne manquent pas. Amusez-vous à consulter le site officiel de la ville, rubrique Grands Projets. En matière de logements, vous pourrez constater dans quel flou artistique l’aspect social est traité par nos élus majoritaires.
        Allez, on démarre :
      Y. GAGARINE : 442 logements sociaux en remplacement de ceux détruits .1093 en accession à la propriété « pour favoriser la mixité sociale » Cette formule très mode est fort pratique car elle permet de garder les mains  libres. Venez à  moi Messieurs les promoteurs !
       PLACE DES COMMERCES : Plus de 300 logements dont des logements sociaux (combien ? A vous de deviner)
      CHARLES DE GAULLE : 70 logements sociaux pour reloger, 210 en accession.
       ZAC JEAN LEMOINE : Sur les talus de l’A3 pas d’infos, allez voir les panneaux, la commercialisation a débuté.
       ZAC DE L’HORLOGE : 850 nouveaux logements pour l’essentiel à prix maîtrisés. La formule est belle, ne trouvez-vous pas ?
       En un temps plus sage, la réhabilitation de la cité M. CACHIN avait été conçue sur le principe de 423 logements sociaux démolis, 423 reconstruits. A ce jour l’opération se termine dans ce principe, qui s’en plaindra ?
       Conclusion : A partir de ces informations, si vous vous posez la question de savoir combien de logements sociaux hors ceux réalisés en remplacement des existants démolis notre municipalité s’engage à mettre en chantier, vous ne trouverez pas la réponse.
       A ce jour notre Maire n’est- telle pas le meilleur agent des promoteurs ? La voie est libre !
       Sachez également que lorsqu’on promet du LOGEMENT SOCIAL, on reste dans le flou qui convient bien à toutes manœuvres. Il existe trois grandes catégories de logements sociaux :
      PLAI : Prêt Locatif Aidé d’Intégration
      PLUS : Pour les revenus dit médian.
       PLS : Pour les revenus plus aisés.
       Pour notre ville, le loyer maximum exigible par m2 hors charges est de 12.08 E pour les PLS et 5.85 E pour les PLAI . Il existe même une autre classification PLI réservée aux classes moyennes, plus élevées.
        Voyez comme la gamme est large et ce qu’il est permis de promettre en termes de logement dit social.
         Pour ce qui est de l’accession, celle qui favorise la mixité sociale et pour laquelle notre Maire ne peut que s’engager à dire qu’elle enjoint les promoteurs à MAITRISER leurs prix, sachez que le prix moyen du neuf à Romainville se situe à 4548 E/m2 et que l’augmentation constatée en un an a été de 8,91%.*
        Trouvez-vous que la ligne de conduite de la politique de l’habitat de notre ville à le moindre soupçon de social ?
        Sans aucun doute, ces orientations conduiront à terme à voir partir de Romainville les moins aisés d’entre nous.
         Serait-ce un des objectifs de C.VALLS ? La question se pose. En tout état de cause, l’actuelle maire de Romainville ne peut en aucun cas se prévaloir d’être le garant d’une réelle politique sociale en matière de logement, dans l’intérêt des Romainvillois, notamment des moins fortunés. 

        François ANDRE                                                                                                          MARS 2015


·       Source :    La vie immo neuf

jeudi 12 mars 2015

Oui cinq ans déjà !


Oui cinq ans déjà que Jean Ferrat nous quittait le 13 mars 2010. Nous n’oublions pas. En lui rendant hommage, nous saluons l’auteur, le compositeur, l’interprète, l’homme, le camarade que fut Jean Ferrat. Comment ne pas apprécier ce grand artiste qui fut jadis interdit d’antenne et défraya les chroniques de journaux par son engagement politique auquel il resta fidèle jusqu’à sa mort. Jean est dans l’air que nous respirons. C’est un homme qui méritait qu’on l’aime, un homme vraiment pas ordinaire, irremplaçable. Toutes ses chansons nous accompagnent De « Ma France » à « Nuit et Brouillard ». De « La Montagne » aux « Châtaigniers ». De « Camarade » au « Bilan ». De « Cuba Si » à « Maria ». «  D’Aimer à perdre la raison » à « Un jour, Un jour ». Des « Yeux d’Elsa » à « Que serais-je sans toi »…Alors écoutons-le !



mercredi 11 mars 2015

Ecoutons, réécoutons FERRAT



Il y a cinq ans Jean FERRAT nous quittait…
À l’heure où le gouvernement s’attaque directement et indirectement à la culture.
Directement, en privant les collectivités locales des moyens qui leur permettaient d’agir dans ce domaine, en l’enlevant même la clause de « compétence générale aux départements et aux régions. Jusqu’à imaginer de supprimer un département comme le nôtre – la Seine-Saint-Denis – qui a tant œuvré pour soutenir la création et la diffusion culturelle ; qui fut un pionnier et qui demeure un exemple : le festival de Saint-Denis ; les théâtres de Montreuil, de la Commune d’Aubervilliers, Gérard Philippe de Saint-Denis ; la maison de la culture 93, le Salon du livre à Montreuil ? le centre national de chorégraphie ; les artistes, les écrivains en résidence ; le festival Zébrock ; les soutien aux salles de cinéma, aux écoles de musique …etc…

Indirectement, en abaissant le pouvoir d’achat de nos concitoyens : que reste t-il aujourd’hui après avoir réglé, bien difficilement, les dépenses obligatoires, pour acquérir des biens culturels, aller aux spectacles, visiter des expositions ?

Et aussi – comment l’oublier – à l’heure où la barbarie, après s’être attaquée aux hommes, s’en prend au berceau de leur civilisation : les sites archéologiques assyriens rasés, les taureaux ailés de Nimrod détruits…

Alors que dans ces heures bien sombres, il faut écouter, réécouter encore et encore Jean FERRAT.
Jean FERRAT, le poète, le citoyen, le visionnaire, le compagnon de nos combats progressistes…
Avec  le tout nouveau CD « UN AIR DE LIBERTÉ » où 16 artistes lui rendent un bel hommage en interprétant ses chansons.
Avec l’émission de Michel DRUCKER sur France2 le samedi 14 mars à 20 h 50.
Avec le numéro spécial de l’Humanité du vendredi 13 mars.


G.A.

Accueil de la petite enfance : l'importance du Département !



Nous souhaitons revenir sur un dossier traité dans le bulletin municipal de ce mois. Il s’agit de l’accueil de la petite enfance. Il n’est pas dans notre intention de délivrer les bons et les mauvais points sur une question qui préoccupe à juste titre un grand nombre de familles de notre ville. Nous nous permettons tout de même de faire remarquer que s’il est fait état de huit structures  dans notre ville (dans l’article nous n’en comptons que sept), il serait bon de préciser leur capacité d’accueil. En effet, s’il faut se féliciter de l’existence d’une crèche associative et de deux crèches interentreprises, le nombre de places est particulièrement faible en regard de l’offre des 4 crèches départementales dont la gestion appartient au conseil général.

En tout état de cause l’offre de garde dans des structures d’accueil collectif est notoirement insuffisante. Cela n’est pas sans rapport avec les constructions de logement en accession à la propriété et l’arrivée dans notre ville de jeunes parents. C’est une évidence, il ne suffit pas de se projeter comme le fait la majorité municipale vers une ville de 30.000 habitants sans imaginer les équipements publics indispensables, notamment l’école et les  modes d’accueil de la petite enfance.

Dans cet esprit nous nous félicitons de voir qu’est annoncée « une étude sur la construction de deux structures d’accueil collectif aux trois communes et aux Bas Pays ». Puisque cette proposition n’était pas contenue dans le programme de la majorité municipale, nous osons espérer qu’il ne s’agit pas d’une simple annonce à la veille d’une échéance électorale. L’avenir nous le dira.

Par ailleurs, dans ce dossier il est fait état des budgets contraints de notre commune. C’est une évidence. Il est regrettable que cette observation ne soit pas accompagnée d’un autre constat. Celui des coupes sombres que l’État s’apprête à faire dans les dotations des collectivités territoriales et ce dès cette année 2015, au nom de cette fameuse « réduction de la dépense publique ». Avec c’est une évidence des répercutions négatives en matière d’investissements et donc d’emplois. Et puis, disons-le, la gestion d’une collectivité est affaire de choix politiques. Pour notre part nous aurions préféré que les choix de ces dernières années soient davantage consacrés dans le domaine de l’accueil de la petite enfance par exemple, plutôt que dans des investissements « tape à l’œil » et dont l’intérêt est loin d’être prouvé.


Enfin ce dossier montre à l’évidence l’importance de l’échelon départemental. Une raison supplémentaire pour les candidates et les candidats du Front de gauche d’être plus que jamais porteur de l’exigence d’un département de la Seine-Saint-Denis présent et actif en matière d’égalité et de solidarité.

dimanche 8 mars 2015

Le Métro : encore du retard !



Depuis quelques jours on voit apparaître autour de la Place Carnot et de la Place du Marché de petits chantiers éphémères. On y pratique des sondages. Opération banale s’il en est, mais dont on a surtout oublié d’en donner les raisons à l’aide de jolis panneaux d’information où il est écrit : « Prolongement de la ligne 11 du métro… » (Il est vrai les élections approchent !)

Quand on ne connaît pas bien les péripéties qu’a connu ce projet, ou si l’on regarde les brochures des promoteurs immobiliers, ou bien encore si on débarque à Romainville, on pourrait se dire « très bien les choses avancent… ». Mais hélas il y a bien loin de la coupe aux lèvres. Dans le même temps, la presse (voir le site de France Bleue du 21 février dernier) nous apprend que : «  le prolongement de la ligne 11 aura du retard, c’est certain. La mise en service de cette ligne de métro vers Rosny-Bois-Perrier était prévue en 2020 ; Elle devrait plutôt avoir lieu en 2023. Il faut sept ans de travaux et le chantier doit commencer en 2016.Faites le calcul. Au bout du compte cela veut dire trois ans de retard… »


Le projet avait déjà pris 2 ans de retard en 2014 et le voilà reporté à 2022 ou 2023, selon les dires du Président du Conseil Régional lui-même, qui met en cause la longueur des concertations. Le prolongement de la ligne 11 n’est pas le seul projet qui prend du retard. Il ya  quelques mois c’est la mise en service des prolongements de la ligne 12 et de la ligne 14 qui était elle aussi repoussée. Conclusion, nous n’en n’avons jamais été si près, MAIS VIGILANCE ! D’autant que des techniciens de la RATP avancent quant à eux 2025 ou 2026. 

samedi 7 mars 2015

Suppression de postes à l’hôpital intercommunal de Montreuil, retour en force des menaces de fermeture sur la maternité des Lilas



 Suppression de postes à l’hôpital intercommunal de Montreuil, retour en force des menaces de fermeture sur la maternité des Lilas,

Suppression de postes à l’hôpital intercommunal de Montreuil, retour en force des menaces de fermeture sur la maternité des Lilas, ce sont les structures de soin de notre territoire qui sont jour après jour amputées. Le gouvernement programme une saignée budgétaire de 3 milliards d’euros pour l’hôpital public alors que la situation est déjà dégradée. Une note du ministère de la santé estime à 800 millions la baisse de la masse salariale. Cela représente 22 000 emplois en moins par an sur les 3 prochaines années. C’est inacceptable. Restriction des missions et des moyens, mise en compétition des hôpitaux, réduction du nombre des soignants formés…toutes ces mesures ont été orchestrées pendant des années par la droite, il est injustifiable qu’elles se poursuivent aujourd’hui. Une vraie réponse de gauche est urgente, les emplois de l’hôpital intercommunal de Montreuil doivent être préservés, il faut stopper les fermetures d’activité et de services, un plan de formation ambitieux doit voir le jour, il faut préserver la maternité des Lilas et son centre d'IVG, il faut mettre fin au système de financement de la T2A aux enveloppes fermées. La prise en charge de l’investissement immobilier doit être assuré par l’Etat, la dette des hôpitaux public doit être supprimée…Voici quelques une de nos propositions afin de reconstruire un droit à la santé pour tous. Un seul exemple suffit à démontrer que c’est possible : la fraude fiscale des grandes sociétés et des privilégiés de la fortune est estimé entre 60 et 80 milliards par an alors changer c’est possible.

vendredi 6 mars 2015

Le magazine de "désinformation municipale" !!!!!



Avec le numéro du magazine municipal de ce mois de mars, nous atteignons des sommets dans ce qu’il faut bien appeler de la « désinformation » pour ne pas dire davantage. Celle-ci est « indécente », lorsqu’on prend connaissance d’un article qui se veut informatif sur « les premières élections départementales. Ce n’est pas de l’information, c’est une duperie, de l’enfumage des esprits. Dans cet article il y est écrit : « les Conseils départementaux  seront élus pour six ans, tous en même temps….LES CONSEILS DÉPARTEMENTAUX ÉLUS EN MARS SERONT DONC RENOUVELÉS EN 2021 ». 

Comment oser écrire de tels mensonges alors qu’il est de notoriété publique que les départements se situant en zone urbaine se verraient absorbés par la métropole. N’est-ce pas ce que montre le débat actuel à l’Assemblée nationale où il vient d’être décidé que le fonctionnement et l’investissement des collèges seront confiés aux Régions. Ainsi au fil des années, comme le souhaite le gouvernement les départements se verraient dévitalisés pour ne devenir qu’une coquille vide, et être purement et simplement supprimés à l’horizon 2020. 

 Voici ce qu’il est écrit sur le site du ministère concerné :
« Quant à l’avenir des conseils départementaux, trois solutions seront possibles pour s’adapter aux situations existantes :
  • « Dans les départements dotés d’une Métropole-comme Lyon, par exemple, la fusion des deux structures pourra être retenue ».
  • « Lorsque le département compte des intercommunalités fortes, les compétences départementales pourront être assumées par une fédération d’intercommunalités ».
  • « Enfin, dans les départements-notamment ruraux-où les communautés de communes n’atteignent pas la masse critique, le conseil départemental sera maintenu, avec des compétences clarifiées ».
Les choses sont claires. Elles le sont d’autant plus que Madame Corinne VALLS, Monsieur Daniel GUIRAUD et Monsieur Stéphane TROUSSEL sont signataires d’un texte publié à la veille de l’ouverture des débats à l’assemblée nationale dans lequel il est écrit : « …Cette ambition devra passer dans une seconde étape par un transfert au niveau de la Métropole des compétences de solidarité actuellement exercées par les Départements…. Cela vient d’être réaffirmé récemment par les parlementaires, les maires, les conseillers régionaux et généraux socialistes.

Nous comprenons la difficulté dans la quelle se trouve madame VALLS. Être candidate pour siéger dans une institution dont vous demandez la disparition, n’est pas choses aisée. Ce n’est cependant pas une raison suffisante pour proférer des contrevérités dans le magazine… qui « devrait avoir pour mission d’informer nos concitoyens ». Pour l’heure, à 2 semaines du scrutin, toutes les candidates et les candidats  doivent dire quel est leur positionnement. Le double langage est inacceptable et dangereux. Il contribue à aggraver encore davantage la crise démocratique. Les candidates et les candidats du Front de gauche se prononcent pour le maintien du département, échelon de solidarité et d’égalité entre tous les citoyens. Convaincus que le bon sens l’emportera. Que le département de la Seine-Saint-Denis a encore de beaux jours devant lui.


Nous reviendrons prochainement sur cette « désinformation » qui s’applique à d’autres sujets traités dans le magazine.

mercredi 4 mars 2015

Voilà une des raisons pour lesquelles le 22 mars il faut voter pour les candidats du Front de gauche !

Ségrégation territoriale et bétonnage du 93 : La carte qui montre ce que le gouvernement vous cache !

Voici une carte que le gouvernement PS et ses élus locaux vous cachent. Elle est édifiante et ceux qui imposent à marche forcée la Métropole du Grand Paris préféreraient évidemment qu'elle ne soit pas diffusée au grand public... Raté !

Il s’agit des « Opérations d’intérêt national » (OIN) prévues par le gouvernement sur le territoire futur de la Métropole du Grand Paris. Derrière ces OIN —au nom technocratique pur jus—, se cache un véritable « régime d’exception » en matière d’urbanisme. Il s’agit de confisquer aux villes leurs compétences en matière d’urbanisme, et de leur imposer un régime juridique particulier « en raison de son intérêt majeur ». En clair, l'État confisque dans ces zones la maîtrise de la politique d'urbanisme aux villes et à leurs populations, pour imposer ses choix sans concertation.
Or que dit cette carte sur ce que prévoit l’État pour la Métropole du Grand Paris ?
Regardez bien la carte (les "patates jaunes") : Rien de moins que le bétonnage du 93 à qui on va imposer des dizaines de milliers de logements. Alors que dans le même temps, comme d’habitude, les départements riches ne sont pas sollicité.
Encore une fois l’État va imposer aux territoires qui en ont déjà beaucoup de nouveaux logements (sociaux notamment). Il livre le Nord et l’Est de Paris pieds et poings liés aux promoteurs immobiliers dont les appétits ne pourront plus être freinés par les politiques publiques locales.
Dans le même temps rien ne sera demandé aux territoires qui ont peu ou pas de logements (sociaux en particulier). L’Ouest cossu de la région parisienne est épargné : dans le département le plus riche de France, les Hauts-de-Seine, ainsi que dans les Yvelines, les riches familles peuvent dormir tranquilles !

Ainsi, au lieu de rééquilibrer la Métropole, le gouvernement va la déséquilibrer encore plus !

Comment cela va-t-il se traduire par exemple dans les territoires où nous sommes ?
Sur la Plaine-Saint-Denis/Pleyel/Confluence : alors qu’il est d’ores et déjà programmé de construire 2050 logement à l’horizon 2030 et plus, le projet du gouvernement est d’en faire sur le même territoire 9850 ! Un bétonnage massif !
Il y a pire encore : le gouvernement prévoit la quasi disparition du Parc départemental de La Courneuve ! En effet alors qu’aujourd’hui il n’y a aucune construction de prévue sur ce parc qui est un des rares « poumons vert » du département, il veut à l’horizon 2030 et plus, faire 27.000 logements ! Table rase du Parc !
A l’échelle régionale, ce que préparent avec leur Métropole du Grand Paris le gouvernement, les élus PS ainsi que de nombreux élus de Droite, ce n’est rien de moins qu’un véritable coup de force contre la démocratie.

Avec une ligne de conduite révélée par cette carte : renforcer la ségrégation territoriale.

C’est inacceptable !

Il faut construire des logements, oui. Mais avec un meilleur équilibre régional et un effort mieux réparti. En particulier en imposant aux villes riches qui s'y refusent de construire des logements sociaux !

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO