LE BLOG DES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE

samedi 31 janvier 2009

Le 29 janvier en images




Soutien aux employés communaux de Romainville


Nous apprenons que le personnel communal s'est rassemblé vendredi matin devant l’hôtel de ville,à l'appel des organisations syndicales pour refuser le nouveau régime indemnitaire voté par la municipalité ( Gauche Citoyenne , Parti Socialiste , Verts, PRG, Forum de Romainville ) et l’UMP,lors du conseil municipal du mois de décembre 2008.

Nous tenons à apporter notre total soutien à cette action.
Nous nous sommes toujours prononcé contre les suppressions de postes, pour que tous les emplois précaires (contractuels) soient titularisés.
Nous avons exprimé notre opposition à toute baisse des salaires sous prétexte de lutte contre l'absentéisme.
Nous défendons pour Romainville une politique qui s’appuie sur la satisfaction des besoins de la population.
Cette politique nécessite le respect du personnel communal, par la prise en compte des revendications en matière de pouvoir d’achat, d’emplois statutaires et d’un budget orienté vers le social.
Nous demandons à la municipalité de répondre favorablement à la demande des syndicats et des salariés qui exigent une rencontre rapide.

Pour leur part les élus communistes demandent une nouvelle délibération du conseil municipal qui prenne en compte les revendications des agents communaux.
Romainville le 30 janvier 2009
Les élus communistes.
Sofia Dauvergne
Laurent Pagnier
Chantal Guyard

vendredi 30 janvier 2009

Historique !

Deux millions et demi de manifestants dans toute la France : historique !
300 000 à Paris !


Les nombreux romainvillois, présents à la manifestation parisienne, ont contribué à l'écriture de cette page historique du mouvement social.

Restons mobilisés et préparons la suite.

jeudi 29 janvier 2009

Départ Manif

Une fois n’est pas coutume, un car est mis à disposition par la mairie pour que les romainvillois se rendent à la manif.

Alors profitons-en!!!
Rendez-vous à 13h00 devant la mairie.


Rappel :

Manifestation Bastille - Saint Augustin
14h00

Rendez-vous à l’entrée de la place de la République (point de rencontre PCF : débouché du Boulevard du Temple/place de la République ) à 13h30

mercredi 28 janvier 2009

Déclaration des élus communistes de Romainville.

Nous ne serons jamais des briseurs de grève !

En réaction au courrier adressé aux présidents de groupe par monsieur le directeur de Cabinet de madame le Maire, que nous publions, les élus communistes se déclarent profondément choqués par le caractère provocateur de cette lettre.

Pour notre part, nous continuons à nous en tenir à la déclaration faite à la presse le 6 Octobre par la FSU, le SNUIPP, l’UNSA, le SGEN CFDT ; la FCPE , les élus Verts, Socialistes, Communistes, Radicaux et citoyens, et Radicaux de Gauche de Seine-Saint-Denis dénonçant à l’unanimité la mise en place sous contrainte du service minimum d’accueil dans les écoles maternelles et élémentaires.

Ce texte précisait encore « Cette mesure est une remise en cause du droit de grève qui vient s’ajouter aux multiples attaques contre le service public d’éducation.

Nous considérons que les municipalités n’ont pas à se substituer à l’Etat dans le cadre d’un conflit qui l’oppose à ses propres agents et que le personnel communal, pas plus que les élus, n’ont pas vocation à devenir briseur de grève. Les enseignants, comme d’autres, subissent les diminutions de postes, la dégradation de leurs conditions de travail, une politique salariale insuffisante. Ils ont toutes les raisons de lutter et nous sommes à leurs côtés.


Nous élus et parents d’élèves, représentants d’enseignants, refusons d’être complices d’un Gouvernement qui remet en cause le droit de grève et la qualité même du service public de l’Education Nationale.


SOFIA DAUVERGNE

CHANTAL GUYARD

LAURENT PAGNIER




Ci-joint la copie du courrier du cabinet de madame le maire:


Cliquez sur l'image pour l'agrandir

A Nicolas Sarkozy : « Il n'est pas de sauveur suprême »


La journée du jeudi 29 janvier 2009 sera placée sous le signe de la mobilisation, à l’appel de toutes les grandes centrales syndicales. Les salariés du public comme du privé seront massivement présents pour exprimer leur colère et faire entendre leurs revendications.

Les déclarations se multiplient à droite pour justifier l’obstination du gouvernement. Les hommes et les femmes qui se mobiliseront jeudi 29 janvier n’expriment pas qu’une souffrance, ils expriment un ras-le-bol de la politique destructrice de la droite.

Le message est pourtant simple : les réformes du gouvernement de Nicolas Sarkozy sont mauvaises et dangereuses. Un grève ne se mène jamais par plaisir, et les français vont sûrement rencontrer des difficultés dans le cadre de ce mouvement.

Mais qui peut légitimement croire que c’est en muselant des millions de personnes qu’on résoudra cette situation ? Alors que le mouvement de jeudi est soutenu par près de sept français sur dix, serait-il possible que Nicolas Sarkozy et ses amis aient raisons seuls contre tous ? Il serait bon que le Président de la République se souvienne que la France est une démocratie qu’il n’est pas de sauveur suprême.

Pour toutes ces raison, le Parti communiste français soutient pleinement cette journée de mobilisation et sera présent lors des manifestations organisées dans toute la France. Il appelle chacun et chacune à amplifier la mobilisation pour que le Président de la République ne puisse plus rester sourd à une colère majoritaire dans le peuple français.

Parti communiste français

Paris, le 27 janvier 2009

Interventions de Sofia et de Laurent




Voici les interventions de Sofia et de Laurent à l'occasion de la présentation des voeux de la section, hier soir.

SOFIA:

D'abord, permettez-moi de vous remercier d'avoir répondu à l'invitation de la section du PCF Romainville et des élus communistes à l'occasion de la nouvelle année 2009.

Je remercie la présence de nombreuses Personnalités et responsables d’association.
De Robert Clément, Maire Honoraire et Nicolle Léonet et Guy Auzolles Maires-Adjoints Honoraire de Romainville.
et aussi les élus qui siègent à mes côtés depuis 10 mois et présent ce soir, Aida Abada, conseillère municipale, Personnalité locale, excusée, Olivier Tripelon, conseiller municipal Lutte Ouvrière, Stéphane Weisselberg, conseiller municipal « comité citoyen », Chantal Guyard, conseillère municipale communiste, Laurent Pagnier, conseiller municipal communiste et secrétaire de la section de Romainville du Parti communiste Français a qui je passerai avec plaisir la parole dans quelques instants.

Cette présence est la marque que tout est possible pour notre ville et que Romainville peut compter sur l’engagement de toutes celles et de tous ceux pour qui être de gauche ne se résume pas à assurer l’intérim gestionnaire d’un système libéral chaotique.

Romainville mérite le changement, et ce changement se fera dans la confrontation.

Quand on se propose de changer les choses, il faut accepter la difficulté et changer les choses n’est pas une chose simple, ni ici ni ailleurs.
Cela demande de l’imagination. Cela demande de l’audace.
Et il nous en faudra, car c’est ce que nous prétendons porter : la rupture et l’espoir !

Sachons compter sur toutes les générations.
Sachons compter sur les efforts de tous.
Nous n’avons rien à gagner à chercher des réponses en excluant les autres, nous avons tout à gagner à construire une alternative ensemble.
Bref, sachons compter sur ce que nous sommes. C’est la seule issue pour sortir de la crise dans laquelle nous sommes.

A ceux qui doutent, j’apporte des certitudes :
2009 sera dure ! 2009 sera exigeante pour tous !

Oui, 2009 demandera plus que du travail. Il demandera de l’intelligence, de l’engagement et de l’abnégation parfois. Sans modèle mais avec idéal. Sans idéalisme mais avec de la détermination.

Pour gagner aujourd’hui comme demain sachons engager un travail pour nous regrouper et nous projeter ensemble vers l’avenir.

Seul ce travail de pèlerin pourra nous mettre en position de jouer un rôle dans la mise en œuvre des ruptures progressistes dont Romainville à besoin.

La solution à la crise mérite bien d’être de gauche !

Car nous le savons. Nous voulons représenter celles et ceux qui n’abandonnent pas, celles et ceux pour qui s’investir pour leur ville ne se résume pas à se sauver eux-mêmes.
Se réclamer de cela c’est se réclamer de la démocratie.

Et c’est cet engagement pour la démocratie que nous avons tous pris. C’est cet engagement qui motive nos interventions et nos votes au conseil municipal.
Etre démocrate ce n’est pas juste lever la main !

Vous le savez nous avons refusé en 2008, le budget qui nous a été proposé.
Ne vous y trompez pas, ce n’était ni un baroud d’honneur, et encore moins un geste rebelle. Si nous avons voté contre c’est parce que ce budget était anti-démocratique.

Oui il est antidémocratique car il divise les habitants.
Il est antidémocratique car il hypothèque l’avenir sans aucun projet cohérent pour notre territoire. Et l'ANRU proposé devient un gouffre financier pour notre ville et plus si l'Etat se désengage, et une aubaine pour les promoteurs.

Oui il est anti-démocratique quand la parole est confisquée aux habitants et que des bouleversements institutionnels se profilent. Je parle ici de l’avenir de notre ville dans l’intercommunalité et de l’avenir de notre territoire dans le Grand Paris.

Ce budget nous démuni face à la crise.
Au moment où notre ville n’a jamais eu autant besoin de solidarité on augmente les loyers et les tarifs des prestations, à l’heure où nous avons besoin de renforcer les liens entre les habitants, ont préfère une police municipale, proposition de la droite lors de la campagne, au service de médiation.
C’est à ce moment là que la majorité municipale décide la baisse de la subvention à l'association du CAR Football.

Décidemment, nous ne somme pas dans le même monde que Mme Valls, j’espère sincèrement que ces amis seront plus lucides car, avec les élus qui m’entourent nous ne céderont pas à l’irresponsabilité.

Contre la majorité municipale je pense que notre pays est en crise et contre elle j’affirme que Romainville n’est pas à l’abri des difficultés.
Oui, j’ai déjà eu l’occasion de le dire la crise est dure et elle concerne tout le monde. Nous n’en sommes qu’à ces prémisses.

Ce n’était pas le moment de céder aux dogmes du libéralisme et en cela, réduire nos prestations de service public est un acte irresponsable.
Peut être Mme Valls confond elle ses interventions municipales avec celles qu’on lui impose au conseil général.

En tout état de cause le budget 2008 a été à l’encontre de l’intérêt général, poursuivre en 2009 c’est attaquer la démocratie.
Quand on freine à ce point les possibilités de s’en sortir, quand on hypothèque l’avenir de nos enfants avec une politique d’emprunt autant inutile que sans vision de notre territoire et des besoins de ses habitants ce n’est pas rendre service à la démocratie.

Nous n’en somme plus à la privation de moyens pour l’opposition, pratiques d’un autre temps.
L’Histoire commune aurait du apprendre à la majorité municipale que ce n’est pas de cette façon qu’on défend le droit et la liberté !
On ne gagne rien à limiter le temps de parole aux élus et de supprimer les conseils de quartiers. On ne gagne rien à s’opposer au sens de l’Histoire

Et là je ferais une parenthèse pour saluer mon journal, l'Humanité qui chaque jour, m'aide à voir le monde tel qu'il est et à ne jamais oublier le passé pour aller de l'avant. Dans son édition du 15 janvier, il a consacré ses pages « histoire » à Rosa Luxembourg qui fonda il y a 90 ans le Parti communiste allemand, j'y ai découvert une révolutionnaire de notre temps.

On y met en avant une citation extraite de son manuscrit la Révolution russe, je cite: « Sans une liberté illimitée de la presse, sans une liberté absolue de réunion et d'association, la domination des larges masses populaires est inconcevable(,,,) La liberté seulement pour les partisans du gouvernement, pour les membres d'un parti, ce n'est pas la liberté, La liberté, c'est toujours la liberté de celui qui pense autrement ».

Les élus de la majorité devrait regarder de l’autre côté de l’atlantique car à trop attaquer le service public et à trop privatiser on cède la place.

Regardons nous aussi de l’autre côté de l’Atlantique. Et rendons nous compte. C’est tout un continent, du nord au sud qui change d’époque. Nous aussi nous sommes dans un nouveau monde et la rupture est déjà là !

Car qu’elle vienne de la gauche comme en Bolivie, ou qu’elle vienne de la droite comme aux Etats-Unis, elle impose du travail, de la rigueur et un projet de société qui réponde aux besoins du nouveau monde dans lequel nous sommes.
Tout à changé, nous devons changer avec le monde.
Non pas pour le subir ou l’accompagner, mais pour le transformer vraiment.

Les guerres et les conflits qui éclatent l’un après l’autre sur la planète témoigne de ces changements.
Peut-être sommes nous divisés sur les raisons qui les provoque, peut être sommes nous divisés sur les soutiens à apporter.

Mais une chose est sure et nous rassemble, notre ville comme notre territoire est composés des ressortissant de ces 4 coins du monde.
En ce sens, notre ville comme notre territoire est un bout de planète, et on doit se conforter dans l’idée qu’ici c’est aussi là-bas. C’est notre héritage, ce doit être aussi notre force.

Notre héritage c’est aussi de ne pas avoir cédé à la pensée unique, notre héritage c’est d’avoir toujours lutté pour un monde meilleur, de ne pas abandonner les salariés : tous les salariés !

Notre héritage c’est aussi de ne plus attendre de sauveur suprême car le bonheur c’est aujourd’hui que nous le voulons et c’est ensemble que nous en écrirons l’Histoire.

Ce monde meilleur nous n’y croyons pas, nous le construisons.
Oui nous pouvons dire qu’à Romainville il y toujours des gens qui pense que tout est possible à condition d’y travailler dur et de s’engager tous ensemble.

Mes chers amis et camarades, 2009 sera une année décisive !
A Romainville comme ailleurs, nous sommes au défi de monter dans le train de l’Histoire.
Sachons-nous additionner sans pour autant disparaître. Ensemble créons l’en commun dont notre ville a besoin !

Osons affronter l’idée que la gauche gagnera sur un projet pour notre ville et un projet et une vision partagée pour l’avenir.


Sofia Dauvergne
Romainville le 27 Janvier 2009



LAURENT:

2009 sera, à n’en pas douter, une année d’enjeux forts, une année de défis pour celles et ceux qui veulent participer à la construction d’un monde plus juste et plus humain.

2008 c’est terminé tristement et 2009 a bien mal commencé, avec son cortège de misères, de destructions et de morts.

Je pense bien évidemment à la situation épouvantable qu’a eu à subir la population de Gaza. Sous prétexte de tirs en direction de villes et villages israéliens, tout aussi condamnables soient-ils, l’armée Israélienne a menée une opération militaire disproportionnée en direction de Gaza. Le bilan, est extrêmement lourd : près de 1000 morts dont la plupart civiles, parmi lesquelles un nombre important d’enfants.

Comment se taire devant cela ?

Comment ne pas redire notre attachement profond aux valeurs de paix. Nos pensées vont tout naturellement aux victimes civiles mais aussi aux militants pacifistes palestiniens et Israéliens, aux forces laïques et progressistes qui œuvrent des deux côtés pour construire deux pays vivants cotes à cotes en paix et en intelligence. Je pense tout particulièrement à nos camarades du
Parti du Peuple Palestinien et également à nos camarades du Front Haddash au sein duquel milite le Parti Communiste Israélien.

Mais les pensées ne suffiront pas !

Il faut également des actes !

Même si les combats ont cessé, la paix reste fragile. La solidarité doit s’amplifier, la mobilisation doit se poursuivre : l’opinion publique doit peser sur les gouvernements pour sortir le proche orient de la guerre.

Nous avons l’habitude d’entendre dire qu’il n’y a pas de solution, que cela dure comme cela depuis trop longtemps que cela ne peut changer : c’est faux ! Il suffit de faire appliquer les résolutions prise par le conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies et d’en finir avec l’impunité vis à vis des gouvernements Israéliens successifs.

Agir, c’est nommer une commission d’enquête internationale pour dire la vérité au monde et faire répondre gouvernement et armée Israélienne de leurs actes, et donner , enfin, un état aux palestiniens. Dire cela, ce n’est pas être anti Israël, ou anti juif, comme on l’entend souvent, c’est tout simplement être du côté de la paix, de la justice et du droit.

Être du coté de la justice et du droit se décline aussi dans notre quotidien : Nous vivons une crise sans précédent depuis 1929 ; même si certains nous assurent que Romainville sera épargné, et permettez-moi d’en douter….

Vers la fin de l’année dernière, le gouvernement c’est porté au secours des banquiers et de certaines entreprises. Ces grands administrateurs de l’économie capitaliste, qui n’ont jamais de mots assez durs pour fustiger « l’état providence » lorsque qu’il s’agit de retraites, de minima sociaux, d’indemnités chômage ou du RMI, se sont mis à tendre la main vers l’état, pour que nos impôts leur évitent la banqueroute. Sarkozy a ,bien évidemment, immédiatement sorti le chéquier.

Pourtant alors que le plus grand nombre se serre la ceinture pour payer les choix des spéculateurs. Les actionnaires du CAC 40 profitent de la crise et du soutien de l’état pour s’enrichir : 2008 a été une année record pour les profits ! Des profits réalisés avec nos impôts, et en se servant des salaires, de l’emploi et des retraites comme variable d’ajustement.

Cette crise est une crise structurelle du système capitaliste. Pour sortir de cette crise et de celles qui suivront inévitablement, il faut changer de politique et placer les besoins humains au centre de la vie sociale : 4 mesures peuvent être prises en urgence pour réinventer une politique de progrès : Sécuriser l’emploi et les travailleurs, relever les salaires, retraites et pouvoir d’achat, Relancer les services publics et l’investissement, contrôler et réorienter l’action des banques.

A situation exceptionnelle il existe également des résistances exceptionnelles : Pour la première fois depuis bien longtemps les syndicats, dans l’unité la plus large, appellent à faire grève et manifester pour obliger le gouvernement à prendre des mesures contre la crise financière. Cette journée de mobilisation aura lieu après demain, le 29, Départ de la manifestation 14H00 Bastille 13H00 Romainville.

Je crois savoir que les organisations syndicales ont prévues de se revoir très rapidement et espérons que cette journée ne sera pas sans suites.

Pour cela il faut mobiliser.

Les communistes seront bien évidement présents pour assurer la réussite de cette grande journée de lutte. Mais au-delà des luttes syndicales, il faut surtout construire une perspective politique alternative et transformatrice, pour cela il faut ouvrir une nouvelle espérance construire un nouveau rassemblement… une prochaine étape aura lieu lors des élections européennes… Notre parti ainsi que le Parti de gauche et d’autres organisations travaillent à la construction d’un « Front de Gauche pour changer d’Europe » avec comme moyen d’unir, inlassablement, dans le respect de chaque partenaire, afin que l’ensemble des groupes et forces politiques de gauche susceptibles de participer à ce front puissent y prendre toute leur place. Je sais que des démarches auront lieu en direction des partis et organisations concernées. Et que très vite la campagne s’organisera autour de valeurs qui ont fait triompher le non de gauche en 2009.

Sofia l’a dit tout à l’heure, partout sur la planète, des expériences nouvelles se font, des tentatives de mise en place de solutions politique nouvelles se cherchent.

L’élection de Barack Obama, au-delà du symbole d’un président métis, et en se gardant de prévoir la politique qu’il mènera, montre avant tout la profonde volonté du peuple américain à ce que des transformations profondes s’opèrent dans leur pays.

En France aussi ces aspirations existent et il ne faut pas les décevoir : Ne pas se rendre compte que le monde bouge c’est être condamné a l’immobilisme, à la petitesse, ce n’est pas ce dont l’avenir a besoin, l’avenir de nos sociétés ne peut se concevoir sans solidarités et pour se faire il ya besoin de mobilisations, d’unité, de rassemblements et de courage !

Cette gauche qui résiste, cette gauche qui agit, c’est de cette gauche là dont les Romainvillois ont besoin. Une gauche utile qui défende ses valeurs fondamentales, qui ose s’affronter quand elle n’est pas d’accord, une gauche qui combat la droite, les patrons et la logique même du capitalisme et non qui s’en accommode, une gauche enfin qui ne confonde pas gestion d’une ville et partie de Monopoly grandeur nature ! Et, vous le savez, particulièrement à Romainville, que même si nous ne somme pas parfait, vous pourrez toujours comptez sur les militantes et militantes communistes pour être à vos côtés. E je vous invite à venir nous rencontrer et pourquoi prendre votre place dans cette aventure commune. Je vous invite également à donner votre obole à notre souscription, l’argent récolté ce soir sera intégralement reversé pour moitié à l’initiative du secours populaires « Un avion pour Gaza » et pour moitié aux sinistrés du sud ouest.

Enfin je souhaitais terminer en rendant hommage à un grand homme dont nous fêterons le 150ème anniversaire de naissance en 2009. Un grand homme, qui a su, en son temps, rassembler, qui a su faire du neuf pour le mouvement ouvrier et pour la République. Un homme dont le nom reste indéfectiblement attaché à la paix : Je veux parler de Jean Jaurès.

Je ne sais si Jaurès est passé à Romainville, mais je sais qu’il est venu pas très loin, au Pré saint Gervais, en 1913, ou il a réuni 150 000 personnes contre la loi des trois ans de services militaires, et contre les va t’en guerre.

Ce même Jaurès qui disait que « Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage » l’histoire lui a bien douloureusement donné raison.

Aussi pour 2009, je nous souhaite que l’esprit de Jaurès nous accompagne dans les initiatives que nous construirons ensemble afin de réaliser un Romainville plus solidaire, plus juste, plus fraternel, plus à gauche et surtout plus courageux.

Bonne année à vous tous et à tous ceux qui vous sont chers

Je vous remercie




Laurent Pagnier


Romainville le 27 janvier 2009.

mardi 27 janvier 2009

29 Janvier, déclaration unitaire des partis de gauche



Déclaration unitaire de partis de gauche



Plusieurs partis de gauche, dont le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), le Parti communiste français (PCF) et le Parti de Gauche (PG), ont rendu publique lundi une déclaration unitaire de soutien à la journée de jeudi, intitulée "ce n’est pas à la population de payer la crise".



"Les classes populaires sont durement touchées par la crise. La politique du pouvoir est plus que jamais au service des privilégiés. L’heure est à la riposte", affirment les dix organisations signataires. [1]



"Les grèves et manifestations comme celles du 29 janvier expriment les colères et amplifient les luttes. Une riposte populaire d’ensemble est urgente. Nous nous engageons à mettre toutes nos forces au service de la convergence des luttes contre les licenciements, la vie chère, le chômage et la précarité, et pour la défense et l’élargissement des services publics", poursuivent-ils.



Appelant à se "mobiliser pour une Europe sociale, écologique, démocratique, féministe", ils estiment qu’"une autre politique est possible, en s’attaquant aux profits et à la spéculation financière, en remettant en cause la rémunération du capital".



Parmi leurs propositions, figurent notamment l’augmentation des salaires, du Smic, des minima sociaux, "l’annulation du paquet fiscal de l’été 2007", ou la "remise en cause du pacte de stabilité et des directives européennes de privatisation".



Les organisations affirment aussi leur opposition aux licenciements et "exigent l’annulation des 30.000 suppressions de postes décidées (dans le secteur public en 2009), le retrait de la privatisation de la santé, la création d’emplois socialement utiles".



Pour le PCF, un "formidable signe" dans la journée de jeudi



Marie-George Buffet a qualifié lundi de "formidable signe" le fait que l’année commence par la journée de mobilisation et l’appel syndical unitaire de jeudi.



Dans ses voeux à la presse, la secrétaire nationale du PCF a lancé : "les communistes vont contribuer au succès de cette journée partout dans le pays en portant des propositions concrètes. Une journée qui s’annonce forte, plus forte que le CPE et qui n’est pas un coup de colère sans lendemain", selon elle.



La dirigeante a jugé également que "la poursuite des réformes de Sarkozy, des directives de l’Union européenne, c’est la course des brebis au précipice".



"L’urgence, c’est de les combattre et de changer de logique face à la crise", juge-t-elle.



A défaut "de vraies remises en cause des dogmes libéraux, du culte de l’argent-roi", Mme Buffet n’entend "que des discours moralisateurs et des excuses à bon marché du président, des présidents des banques ou des multinationales mais derrière ces bigoteries, les affaires reprennent, la casse des acquis et des droits aussi".



Fustigeant "Madame la marquise Lagarde qui aide les banques ici et là en espérant que tout redevienne comme avant", Mme Buffet souhaite "la réforme de tout le système de financement de notre économie !".



Notes :

[1] Les signataires sont : Alternative Démocratie Socialisme (ADS), Alter-Ekolo, Alternative Libertaire (AL), l’Association des Communistes Unitaires (ACU), la Coordination Nationale des Collectifs Unitaires pour une alternative au libéralisme (CNCU), les Alternatifs, le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), le Parti Communiste Français (PCF), le Parti communiste des ouvriers de France (PCOF) et le Parti de Gauche (PG).


lundi 26 janvier 2009

Justice pour Gaza

LES SURVIVANTS TEMOIGNENT DE L’HORREUR.
DE GRAVES ACCUSATIONS SONT PORTEES SUR L’ARMEE ISRAËLIENNE :

PATRICK LE HYARIC ,DIRECTEUR DE L’HUMANITE DE RETOUR DE GAZA RECLAME UNE COMMISSION D’ENQUÊTE.

« La question est simple écrit-il : Il faut appliquer le droit international.
Cette fois c’en est Trop ! L’impunité vis à vis de la direction Israëlienne doit cesser immédiatement.
Une commission d’enquête internationale doit dire la vérité au monde.
Le gouvernement et l’armée israëlienne doivent répondre de leurs crimes et être contraints de
venir à la table des négociations pour la sécurité dans la région et deux Etats vivant côte à côte dans la paix.

C’est un devoir
C’est l’espoir


Celui que nous avons lu dans les yeux et les beaux sourires de tous les enfants de GAZA »

Lu dans l’Humanité du lundi 26 Janvier

dimanche 25 janvier 2009

Solidarité avec les sinistrés de la tempête dans le Sud-Ouest


Le Sud-Ouest de la France vient de subir une tempête d'une ampleur exceptionnelle.
Sans doute plus importante, selon Météo France, que celle qu'a connu notre pays en 1999.

C'est maintenant l'heure du bilan.60% de la forêt landaise dévastée.
Inondations, chutes d'arbres, voitures écrasées sous les gravats,réseaux électriques gravement endommagés, manque d'eau potable, communications téléphoniques touchées.

Les dégats sont considérables.
Vous pouvez manifester votre solidarité en répondant à l'appel du Secours populaire, en adressant un don, à l'adresse suivante:


SECOURS POPULAIRE FRANCAIS,9/11 rue Froissart 75140 PARIS Cédex.


En précisant: En faveur des victimes de la tempête des populations du Sud-Ouest

Parti communiste français et le Parti de Gauche : communiqué de presse commun


Deux délégations du Parti Communiste Français et du Parti de Gauche, conduites respectivement par Marie-George Buffet et Jean-Luc Mélenchon se sont rencontrés au siège du PCF.

Il s’agissait de la première rencontre depuis la déclaration commune des deux partis le 18 novembre dernier qui affirmait déjà leur volonté d’impulser aux élection européennes de juin prochain des listes unitaires de toutes les forces de gauche attachées à la construction d’une autre Europe démocratique et sociale.

Les deux partis ont réaffirmé tout d’abord cette volonté.

Unir, inlassablement, dans le respect de chaque partenaire, pour construire un « Front de Gauche pour changer d’Europe » tel est l’objectif des deux formations afin que l’ensemble des groupes et forces politiques de gauche susceptibles de participer à ce front puissent y prendre toute leur place.

Dans ce cadre, ils ont décidés de démarches conjointes à l’égard des organisations de gauche concernées.

Lors de ces rencontres le Parti Communiste Français et le Parti de Gauche soumettront à la discussion un premier texte permettant de définir les bases de la plate-forme commune pour ces élections et la constitution d’un « Comité de Liaison » permettant à chacun d’être partie prenante à égalité de ce rassemblement.

Les deux formations ont également annoncé la tenue de premiers meetings d’ampleur régionale qui seront pareillement ouvert aux forces et personnalités qui souhaiteront s’associer à cette démarche : Montpellier le 5 février, Marseille le 10 février, Douai le 21 février.

Le principe d’un meeting national à Paris début mars a été arrêté et sera soumis aux différents partenaires.

Composition des délégations :
Parti de Gauche : Jean-Luc Mélenchon, Eric Coquerel, François Delapierre, Marc Dolez, Pascale Le Neouannic, Corinne Morel-Darleux, Danielle Simonet
PCF : Marie-George Buffet, Pierre Laurent, Lydie Besnoit, Jean-Marc Coppola, Olivier Dartigolles et Francis Parny

Parti communiste français et Parti de Gauche

Paris, le 23 janvier 2009.

vendredi 23 janvier 2009

Police Municipale : un leurre !



Intervention de Sofia Dauvergne , Présidente du groupe Communiste lors du conseil Municipal du 21 janvier. Lors du débat sur la création d’une police municipale.

« Mon intervention n’a pas pour objet de poser des questions.
Les explications développées dans le rapport de présentation de la mise en place d’une police municipale et sa réglementation son claires.
Mon intervention est une contribution au débat afin de rappeler notre position et nos propositions sur la question du droit à la sécurité pour tous.
« Les pouvoirs de police du Maire ne sont pas ceux qu’ont croit ordinairement.
Il n’est ni un shérif ni un juge.
Ce n’est pas parce que la mode libérale est au désengagement tous azimuts qu’il doit se substituer à l’Etat dans ses fonctions régaliennes.
Il ne s’agit pas là d’une position idéologique, c’est simplement une question de bon sens et d’économie.
On peut être soucieux de sécurité sans avoir de police municipale.
La preuve, des villes de gauche comme de droite s’en passent très bien : Le Mans (PS) 1ère au classement du « Point » des villes les plus sûres de France, Brest (PS) 1er prix 2008 de lutte contre la délinquance ou encore Issy-les-Moulin eaux (Nouveau Centre).
Par contre, Cannes est bonne dernière malgré l’ampleur de sa police municipale.
Mais il y a bien d’autres arguments en défaveur de la police municipale : D’abord, c’est une option lourde à supporter financièrement.
En effet, il est nécessaire que la ville instruise, habille, paye, dote de véhicules et de locaux cette police…. Ensuite, c’est une police subsidiaire, moins bien formée et sans pouvoir général de coercition.
Elle est obligée de faire appel à la police nationale dès qu’une difficulté se présente. Enfin, et ce n’est pas le moindre sujet d’étonnement, nombre de villes qui ont choisi cette option ont vu disparaître la police nationale de leur territoire, l’Etat en profitant pour redéployer ses effectifs.
En résumé, c’est être floué trois fois : augmentation des impôts, service de moindre qualité et, en option, fermeture du commissariat.
Bien imprudent donc celui qui se lance dans une telle aventure ! »
Ces propos ne sont pas les miens mais ceux d’un collègue, Jean-Pierre RIVALLAIN Maire-adjoint PS à Champigny qui répond dans le cadre des rencontres Citoyennes de sa ville à la question : Faut-il une police municipale ?
Ils reflètent bien nos échanges sur cette question dans les rencontres avec les habitants. Un sujet sensible mais légitime, le droit à la sécurité.

Mais qu’est ce qui fait que Romainville en est arrivé là ?

Pourtant, rappelez-vous Madame Le Maire, il y a plus de 10 ans, la municipalité de l'époque avait pris, avec la population romainvilloise, bon nombre d'initiatives (affichages de calicots, pétitions, délégations...) pour réclamer un commissariat de plein exercice.

Vous, comme nous, affirmions alors la nécessité d'obtenir un commissariat sur le territoire de notre commune.

Depuis 2001, aucune prise réelle de position n'a été faite de votre part et de vos majorités successives, excepté il y un mois dans le journal de la ville, avec la publication d’une pétition, page 5, pour le renforcement des effectifs de police et d'une demande d’affectation d’une unité territoriale de quartier pour le commissariat des Lilas à l’initiative des Lilas, du Pré Saint Gervais et de Romainville.

Quand est-il de cette pétition ? Quand est-il du contrat local de sécurité ?
Durant la campagne électorale, il y a à peine un an, seule la droite exigeait cette police municipale, ce qui se comprend quand on connaît les méthodes ultra sécuritaires et totalitaires déployées par leur leader, Sarkozy. Rien d’étonnant ! Aucune des formations de gauche en lice ne proposait cette alternative.
Quand on compare votre programme au nôtre. Il y a peu de différence quant aux solutions à développer :
- Vous exigiez un commissariat à Romainville, nous aussi. - Vous proposiez de remplacer la garde urbaine en effectifs et en heures d’intervention.
Nous proposions la création d’un service municipal « Respect et Citoyenneté »,
- Vous vouliez rendre plus dissuasives les amendes réprimant les incivilités. Nous souhaitions impulser la mise en place de campagnes régulières de luttes contre les incivilités.
La seule différence est dans notre conception du vivre ensemble.
Nous pensons indissociables les moyens de répression et la prévention en privilégiant l’aide concrète de celles et ceux qui agissent au quotidien dans nos quartiers par le renforcement du nombre d’agents de proximité, de gardiens, d'éducateurs, de médiateurs, du soutien aux forces vives de notre ville qui tentent de nouer des liens, des solidarités et notamment les associations sportive et culturelles.

Donc notre position est bien évidemment sans surprise et évidente pour vous et pour les Romainvillois. ( Pendant la campagne des municipales, nous avons consacrés un 4 pages sur cette question et formulée des propositions très concrètes).
Pour combattre l’insécurité, il ne suffit pas de se contenter d’effets de manche.
Il s’agit surtout de mobiliser des moyens exceptionnels et dans des domaines bien plus larges que celui de la police afin de faire de notre ville un lieu où il y fait bon vivre.

La seule réponse à cette motivation est actée dans le rapport qui nous a été transmis par la phrase suivante : « la création de ce nouvel outil a pour objectif de poursuivre la relation de proximité avec la population ainsi que de mieux coordonner les interventions sur le territoire. »

Malheureusement, force sera de constater que, dans ce secteur, ce ne seront pas les 4 agents supplémentaires qui réglerons les problèmes d’insécurité rencontrés dans notre ville.

Le groupe des élus communistes vous propose:
* De privilégier la proximité et de renforcer l’action du service public sur le terrain.
* De réinstaurer les conseils de quartier dotés de budget participatifs
* De créer une instance locale de concertation sur l’école, pour définir une véritable politique éducative cohérente et partagée.
* De créer un service municipal de la jeunesse qui privilégiera son action éducative par quartier.
* D’augmenter le nombre de médiateurs et de valoriser et augmenter le nombre de gardiens dans notre ville.
* Développer et valoriser le tissu associatif, social, culturel, sportif…qui par sa richesse et sa diversité constitue un point d’appui solide.

Pour nous, le vivre en sécurité est un droit mais aussi une liberté.
Pour nous, le tout sécuritaire et le tout autoritaire ne sont absolument pas les bonnes solutions pour vivre ensemble ».

Une avancée démocratique


LES COMMUNISTES DE ROMAINVILLE SALUENT UNE AVANCEE DEMOCRATIQUE

L’an dernier, à l’occasion de l’examen du règlement intérieur du Conseil municipal, la majorité avait voté un article limitant le temps de parole des intervenants à 3 minutes sur chaque question à l’ordre du jour en séance plénière.
Or ce lundi 22 Janvier monsieur Philippe GUGLIELMI premier Maire adjoint et secrétaire de la section du parti socialiste vient d’adresser un courrier à madame le Maire lui demandant l’annulation de cet article ou bien encore la refonte de ce règlement intérieur.
Les communistes de Romainville se félicitent et saluent cette Initiative.
Qu’on nous permette cependant quelques brèves remarques.
Pour justifier cette demande monsieur GUGLIELMI s’appuie sur la conjoncture politique qui a changé du fait de la volonté du pouvoir présidentiel de museler l’opposition parlementaire.
« La mesure, écrit-il, n’est plus adaptée et sa légalité est Contestable »
C’est vrai l’autoritarisme dont font preuve le président de la République et sa majorité pour imposer une politique qui ne fait qu’aggraver toutes les inégalités et empêcher l’expression de propositions alternatives apparaît dans toute sa brutalité.
Mais si la conjoncture n’avait pas changé ce fameux article aurait-il encore une raison d’être ?
Par ailleurs sa légalité était tout aussi contestable au moment où il a été voté.
Disons les choses comme elles doivent être dites : le vote de cet article ne se justifiait aucunement.
En souhaitant vivement que madame le Maire réponde positivement à sa demande nous disons avec monsieur GUGLIELMI « La démocratie, nous nous devons de la protéger »

jeudi 22 janvier 2009

Tract : Maintenant une voie politique pour la Palestine

Les armes se sont provisoirement tues et les bombes arrêtent de pleuvoir sur la bande de Gaza. C’est, enfin, une bonne nouvelle pour ses habitants. Même s’il est illusoire de penser que la vie peut reprendre son cours normal sur un champs de ruines et après tant de morts. C’est la 7ème guerre que supporte le peuple palestinien du fait de l’absence de règlement politique de la question de la Palestine. Les USA, l’Europe, la France, la communauté internationale portent une lourde responsabilité.




MANIFESTATION SAMEDI 24 JANVIER
14H - Place Denfert-Rochereau, PARIS



Cliquez sur l'image pour afficher le tract

mercredi 21 janvier 2009

Tract Services Publics

Services publics :

Des valeurs à défendre , des combats à construire et à gagner pour tous !


Il ne se passe pas un jour où les agents de la fonctionpublique ne soient au centre de l’actualité. Qu’il gèle,qu’il vente, que la santé se dégrade, que la justice dérape,que la police s’égare, que l’enseignement, les universités,la recherche vacillent, que les transports patinent, que la postedérive, l’agent est toujours au cœur des problèmes, très réels.

Cliquez sur l'image pour afficher le tract

mardi 20 janvier 2009

Financements de la rénovation urbaine?

L’ensemble des médias, parmi lesquels deux sites de Romainville, ont évoqué il y a quelques semaines le désengagement financier de l’Etat en faveur de la rénovation urbaine.

Le cri d’alarme qui avait été poussé n’était ni celui d’un élu local ni celui d’un militant associatif.

Non il avait été lancé par YAZIDI SABEG ‘le président du comité de suivi et d’évaluation de l’agence régionale de rénovation urbaine

« On sacrifie la rénovation urbaine pourtant qualifiée de priorité fondamentale en faveur des quartiers populaires avait dit YAZIDI SABEG »

Cumuls de retards, insuffisance de ressources budgétaires, impossible de tenir les promesses faites au départ du programme en 2003 ..

Autant de faits mis en avant par le comité d’évaluation et de suivi de l’ANRU dans un rapport rendu public en Novembre.

Cette annonce avait suscité de nombreuses réactions d’élus. L’association des maires d’île de France s’en était émue .Lors d’une réunion tenue le 17 Décembre en présence d’une soixantaine de maires , avait estimé un manque de financements s’élevant à 1,6 milliard d’euros,dont 800 millions pour l’île de France. Et ce n’est pas les 350 millions supplémentaires annoncés par FRANCOIS FILLON qui ont calmé les inquiétudes.

GERARD SEGURA qui préside la commission urbaine de l’AMIF dit espérer que les élus joueront collectif : « Il faut une mobilisation commune à l’image de celle contre la réforme de la Dotation de Solidarité Urbaine. Sinon ce sera la foire d’empoigne, chacun essaiera de négocier dans son coin.»

La semaine dernière une délégation a été reçue au ministère .Et il ne semble pas que des réponses nouvelles aient été apportées par le gouvernement.

On est donc en droit de se poser une question. Qu’en est-il du positionnement des élus de la majorité à Romainville ?

Notre ville qui se trouve bien en Ile de France ne serait-elle pas concernée par ce manque de financements.

Il est temps de briser ce silence assourdissant.

A quel moment les élus et plus largement la population auront-ils communication de la situation financière de cette importante opération qui engage la collectivité pour de très nombreuses années ?

Par rapport au plan de financement initial, sur la base des proje ts réalisés quelle a été la part de l’ANRU et celle de la commune ?

Ces éléments d’information sont indispensables à celles et ceux qui souhaitent agir pour que l’état tienne ses engagements.
Les communistes de Romainville

vendredi 16 janvier 2009

Tract - Ecole, une seule exigence : la réussite pour tous

Soyons clairs, les jeunes, parents et personnels de l’éducation nationale qui manifestent depuis des années ne réclament pas un statu-quo. Oui, le système doit être transformé, afin de lutter efficacement contre l’inégalité et l’échec scolaire, mais est-ce de cela dont il s’agit aujourd’hui ?

Sarkozy-Darcos sont engagés dans une refondation néo-libérale de l’école au service du capitalisme mondialisé. Ainsi, s’explique l’empilement de réformes décidées ces dernières années : suppression de la carte scolaire, réforme des programmes, suppression des RASED, réduction d’un an de la préparation au baccalauréat professionnel, suppression des IUFM, mise en extension progressive de l’école maternelle, réforme des lycées…et à chaque fois, ces réformes s’accompagnent de dizaines de milliers de suppressions d’emplois de toutes catégories de personnels, notamment enseignants. Elles s’inscrivent dans un projet cohérent qui en réalité vise la mise à mort du service public de l’éducation nationale pour laisser place à un système qui renforcera le tri social par la mise en concurrence de tous.
Une culture commune de haut niveau pour tous

Pour répondre aux défis sociaux, économiques et culturels de notre époque il faut réaliser l’égalité des droits et la réussite de tous. Cela suppose d’apporter de profondes réformes au lycée comme à l’ensemble du système éducatif afin de permettre aux jeunes d’acquérir une véritable culture scolaire commune de haut niveau, à l’inverse du socle minimal commun préconisé ces dernières années. Nous pensons que l’avenir de l’école est lié à l’avenir de la société : la formation des jeunes, doit s’inscrire dans une démarche d’émancipation intellectuelle et d’ouverture sur le monde quelles que soient les filières de formation et le niveau atteint. Cela implique de renoncer aux réformes en cours dans l’éducation nationale, comme dans tous les domaines, rien de bon ne pourra se faire sans tenir compte de l’avis des premiers intéressés, les professionnels de l’éducation, les parents et les élèves eux mêmes.
Il faut investir dans l’école !

Cela suppose que ces transformations soient accompagnées par des moyens sans précédent. Le budget de l’éducation nationale doit être augmenté sensiblement, (la proportion de la richesse nationale que la France consacre à son école aujourd’hui est la même qu’il y a 50 ans !). La France a les moyens de s’offrir un système éducatif de qualité pour tous. L’année dernière les profits des seules entreprises du CAC 40 représentaient le double du budget de l’éducation nationale !
Alors que la crise économique sert de justificatif pour accélérer les coupes sombres dans les services publics, le PCF propose au contraire un grand plan anti-crise qui permette d’investir massivement dans les services publics, et notamment dans la recherche et l’éducation. Répondre aux besoins tout en relançant l’économie, c’est possible et nécessaire !
Un Front progressiste et citoyen

Pour aller dans ce sens, les communistes poursuivront le débat et soutiendront les actions engagées par les parents, enseignants, lycéens et étudiants de jour en jour de plus en plus nombreux à s’insurger contre la politique Darcos- Sarkozy.
C’est le sens de l’initiative que prend le PCF d’ouvrir avec toutes celles et tous ceux qui le souhaitent, des espaces communs pour construire ensemble une véritable alternative de gauche.
Parti Communiste Français


Télécharger le tract en cliquant sur l'image.

  ©Template Blogger Elegance by Dicas Blogger.

TOPO